Une brèche dans le mur, Joëlle Adani

Couverture Une brèche dans le murEn 1989, une équipe de coureurs français, sponsorisée par l’épicerie et la brasserie du coin, s’apprête à effectuer une course sans précédent de Béziers à Moscou pour célébrer le bicentenaire de la Révolution. Son long trajet à travers l’Europe sera ponctué de drames amoureux et de rencontres saugrenues qui prendront peu à peu le pas sur l’exploit sportif à proprement parler. Les quatre hommes et les quatre femmes sont en effet loin de s’imaginer que, dans ce contexte de guerre froide, leur équipée va attirer l’attention des services secrets américains et européens et qu’ils vont avoir un rôle à jouer dans la chute du Mur.
Pourquoi des civils français iraient-ils en courant jusqu’à Moscou? L’idée semble trop bizarre pour être crédible. La CIA, le MI5 et la DGSE sont donc persuadés qu’il y a là anguille sous roche. Chaque geste innocent des coureurs filés par des espions depuis leur départ, va ainsi être comiquement réinterprété et disséqué à la loupe par les services secrets, créant deux niveaux de lecture pour ce roman haletant.

En lisant le résumé, j’avoue que je n’était pas très emballée par cette lecture. Je déteste la course à pieds. Si si, c’est un argument ! Donc suivre les pérégrinations de personnages qui n’ont rien d’autre à faire qu’agiter les gambettes en transpirant pendant des milliers de kilomètres, ça ne me parlait pas vraiment. D’autant plus qu’en terme de personnages, on nous présente dès le début une vraie ribambelle de noms, personnalités et caractéristiques un peu difficiles à retenir d’un seul coup. J’ai fini par m’attacher à certains de ces protagonistes, même si j’ai regretté que leur nombre empêche l’auteur de vraiment les approfondir. Par contre, j’ai trouvé qu’ils fonctionnaient très bien en tant que groupe, dans le sens où leurs interactions étaient retranscrites de façon intéressante.

J’ai donc été assez surprise de me prendre autant au jeu. Bon, ce roman ne m’a pas embarquée comme ont pu le faire certains de mes coups de coeur, mais c’était quand même une lecture étonnamment sympathique. Il faut dire que l’auteur se permet bien des libertés dans sa réécriture de notre histoire proche, ce qui, en plus de son choix de suivre un groupe de coureur, crée au final une trame originale, plutôt intéressantes, parfois quand même un tout petit peu indigeste  à cause des nombreux intervenants qui s’y croisent (et s’y entretuent!) à coups de quiproquos.

Le tout est raconté avec un style efficace, qui incite le lecteur à vouloir découvrir la suite. Dommage quand même qu’il reste quelques coquilles dans la version numérique, et que les personnages manquent peut-être un peu d’épaisseur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s