Grignotage n°273: Le Cercle, Bernard Minier

Couverture Le CercleUn coup de fil surgi du passé, un e-mail énigmatique, qui signe peut-être le retour du plus retors des serial-killers, précipitent le commandant Martin Servaz dans une enquête dangereuse, la plus personnelle de sa vie.
Un professeur de civilisation antique assassiné, un éleveur de chiens dévoré par ses animaux… Pourquoi la mort s acharne-t-elle sur Marsac, petite ville universitaire du Sud-Ouest, et son cercle d’étudiants réunissant l élite de la région?
Confronté à un univers terrifiant de perversité, Servaz va rouvrir d’anciennes et terribles blessures et faire l’apprentissage de la peur, pour lui-même comme pour les siens.

Merci aux éditions XO et à Livraddict pour ce partenariat! 

Je n’ai pas lu Glacé, le premier roman de Bernard Minier, mais cela ne m’a pas du tout empêché de comprendre et d’apprécier l’histoire du Cercle. Même si les deux enquêtes sont liées, l’auteur a fait en sorte, grâce à des rappels et de nombreuses références, que ce point ne présente aucune difficulté. D’ailleurs, l’écriture de Bernard Minier sait être  efficace, sans pour autant manquer de finesse. L’immersion dans le récit est facilitée par des explications précises mais qui n’alourdissent pas du tout le texte, ce qui en rend la lecture vraiment agréable.

Martin Servaz est un personnage très intéressant, et surtout très humain, et c’est un plaisir de s’attacher à ses pas au cours de l’enquête. Celle-ci va d’ailleurs bouleverser sa vie personnelle, et mettre en avant son courage autant que sa fragilité. D’une façon générale, j’ai trouvé que les personnages de ce roman  possédaient des personnalités riches et bien travaillées. Je me suis surtout attachée à Margot, la fille de Martin Servaz, surement parce que j’ai fait les mêmes études qu’elle et que j’ai apprécié de replonger dans l’univers particulier d’une prépa littéraire. L’auteur multiplie  d’ailleurs les références littéraires et musicales tout au long de son récit, créant ainsi une certaine connivence entre son lecteur et ses personnages.

De façon générale, qu’il s’agisse de ce lycée prestigieux ou de la ville de Marsac, l’ambiance pesante du mois de juin, en pleine Coupe du Monde, dans le sud de la France, est parfaitement rendue, et à bien des égards, parfaitement crispante. Difficile de ne pas faire comme Servaz, qui devient de plus en plus paranoïaque à mesure que les évènements se succèdent.

Au coeur de cette atmosphère très bien maîtrisée, vengeance, vie politique et intérêts personnels se mêlent dans une intrigue prenante et complexe. Celle-ci, malgré certains passages un peu longs,  n’exclut pas quelques beaux moment de tension dramatique, et de surprenants retournements de situation. La fin reste assez ouverte pour espérer une suite…

…et bien que je ne sois (toujours!) pas une grande amatrice de thriller, je la lirai avec plaisir car j’ai vraiment apprécié les différents personnages et le talent de narrateur de Bernard Minier.

Si je devais donner une note: 8/10
Marmotte aime beaucoup! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s