Calendrier de l’Avent – Survivre au shopping de Noël

Cet article de ma copine Touille aurait du être publié le 6, mais par manque d’une connexion internet stable (j’en profite pour prévenir que jusqu’à l’installation d’internet dans mon nouveau terrier le 14 décembre je risque d’être peu présente et j’en suis toute désolée)  je n’ai pas pu le poster plus tôt! Pardon pardon!

 » Dites-donc, toi, là. Oui, toi, tu crois que je t’ai pas vu, planqué derrière ta montagne de chocolat, en mode « c’est la Saint-Nicolas tralali-tsoin-tsoin » ? Bon. Débarbouille-toi les babines et écoute-moi sérieusement, deux minutes. On est le 6 décembre, je vais poser la question qui fâche : Où en es-tu de tes cadeaux de Noël ?

C’est bien ce que je pensais.

Bon, en même temps, je peux comprendre que tu préfères rester bien sagement au chaud sous ta couette en compagnie de la dernière saison de Games of Thrones/Community/New Girl/Sherlock/Dr Who (chacun sa perversion) plutôt que d’affronter la foule suante, puante et frénétique des grands magasins à l’approche des fêtes. Evidemment, je pourrais te dire que plus tu attendras, pire ce sera mais entretenant moi-même une grande histoire d’amour avec la procrastination je n’ai pas trop de leçon à donner.

C’est pourquoi je me propose plutôt de te proposer un plan B d’enfer qui devrait te permettre d’éviter les joies d’une Fnac le samedi 22 décembre, de profiter d’une jolie balade dans les quartiers les plus enchanteurs de Paname tout en remplissant ta hotte de présents variés pour papa, maman, la bonne et moi. Et parce que je vois bien que tu grommelles encore un peu vu que, quand même, il pleut, là, voire que tu habites en dehors des limites du périphérique parisien (tout arrive), de une un certain nombre des boutiques que j’affectionne sont des chaînes avec des antennes en province (fou, la vie). Et de deux, en te débrouillant bien et grâce à la magie du lien hypertexte, tu devrais peut-être même être capable de faire ton shopping sans même sortir de chez toi. Bon, après, faudra peut-être quand même que tu t’extirpes de ta couette pour aller récupérer les colis ; ça dépend un peu de ta concierge, et je la connais pas si bien que ça, vois-tu. Mais revenons à nos moutons –bien que je ne doute pas que ta concierge soit un sujet passionnant, hein, me fais pas dire ce que je n’ai pas dit.

Notre balade commence aux portes du marais, 2 rue de Lesdiguières, où est sise l’une de mes boutiques favorites, « Bird on the Wire ». Outre le fait qu’une boutique qui choisit pour nom un titre de Leonard Cohen ne peut pas être foncièrement minable, elle a par rapport aux autres « concept stores » du genre l’avantage de proposer des petits objets rigolos pour tous les prix mais aussi tous les publics : bien sûr, la façade rose annonce la couleur : l’ambiance est plutôt girly, avec tout un tas de bijoux fantaisie rigolos, d’objets de déco poétiques et autres vernis colorés pour être la plus kawai pour aller danser. Mais même pour ceux de vos amis qui n’aiment pas les chats et le thé, vous devriez trouver des bricoles sympas : glaçons star wars, blocs notes délirants, moules à gâteau en forme de moustache, pansements pirates… De quoi trouver aussi bien des grosses folies (oui, collantes Les Queues de Sardine, c’est à vous que je pense <3) que des bricoles à des prix divers.

La boutique en ligne, pour toi ami Lillois : http://www.suicidalshop.fr/catalog/index.php

Il vous reste de l’argent ? Félicitations. Filons plein ouest. Le plus simple est de rejoindre la rue Saint-Antoine, qui a l’avantage d’être commerçante – et je vous autorise à flâner dans des boutiques non tamponnées « approved by Touille », hein. D’autre part, je vous avais promis une jolie balade et, en attrapant la rue de Birague sur votre droite, vous pourrez flâner sur la célèbre Place des Vosges, qui à l’usage est décidément loin d’être laide. Enfin, ne vous enfoncez quand même pas trop vers le Nord, il reste encore le cadeau de tonton Marcel et de tatie Germaine à trouver.

Au carrefour Saint-Paul, la rue Saint-Antoine devient rue de Rivoli et je vous vois à juste titre frémir : à cette période de l’année, il est probablement difficile d’y avancer à plus de deux centimètres à l’heure, vue la foule. Prenez donc la tangente par la rue François Miron. Si vous êtes fortuné, vous craquerez peut-être pour une estampe ou une photographie ancienne de l’œil ouvert, au n°74, sinon vous pourrez comme moi vous contenter de vous régaler les yeux gratuitement, non seulement avec les œuvres de la galerie mais aussi avec les belles maisons anciennes de la rue, comme la maison d’Ourscamp. Un peu plus loin (au n°42 très précisément), les Fanfans est une chouette boutique de jouets où trouver pas mal d’idées pour les enfants, donc, mais pas que : on y trouve aussi tout plein de bricoles rigolotes (casque à paille, lunettes géantes, ce genre de choses) et des jouets anciens qui sont en eux-mêmes de jolis objets de déco. Bien sûr, votre papa à vous n’a peut-être pas d’affection particulière pour les singes en tôle peinte tables de multiplication/addition, mais on ne sait jamais.

Sinon, poursuivez seulement un peu votre chemin. Au n°9, Azag est encore une boutique où trouver de l’inspiration. Là encore, pas mal d’objets féminins, mais aussi des cadres, lunch boxes, porte-monnaie, mugs, accessoires… 

Pour toi, ami Toulousain : http://boutique.azag.fr/

A chaque fois, je dois dire que je passe regarder leur jolis « norens », des petits panneaux japonais illustrés. Mais dans le genre japonais, vous constaterez que le coin ne manque pas de boutiques où dénicher des objets pour le coup d’une gamme un peu supérieure. Avant de vous engouffrer sur votre gauche, rue du pont Louis-Philippe, deux options si vos proches aiment la cuisine : retourner rapidos vers la rue de Rivoli via la rue Cloche Percé : à l’angle, un magasin « 13 à table » propose pas mal de vaisselle et autres accessoires de cuisine évidemment indispensables (hum). Ils proposent aussi un peu d’épicerie fine mais, pour le coup, si vous souhaitez offrir à Mémé un assortiment de chouettes épices, c’est chez Izraël, rue François Miron, qu’il faut vous ruer en vitesse ! Ma grand-mère ne jurait que par cette adresse, et je me garderais bien de lui donner tort. La liste des épices, fruits et légumes secs est à vous faire tourner la tête. De quoi vous approvisionner pour le réveillon, tiens. Autant vous prévenir cependant, la rareté a un prix.

Si vous êtes fauché, cependant, le plaisir des narines n’ayant pas de prix, vous pouvez évidemment vous rattraper par un nouveau détour chez Mariage Frères, rue du Bourg-Tibourg (de l’autre côté de la rue de Rivoli). Tout simplement mon fournisseur officiel ! Et là encore, une belle et chic adresse mais, au final, vous pourrez faire le plein de thés parfumés en vrac à 6 euros les 100 grammes, et c’est quand même autre chose que du Lipton. L’institution propose évidemment toutes sortes de déclinaisons (boîtes élégantes, biscuits, sucres à tremper, gelées, coffrets…) si vous voulez faire un cadeau vraiment classe. Si les vendeurs en costume clair et la foule vous intimident, traversez simplement la rue : Mariage y a une annexe beaucoup plus calme. Vous n’y trouverez qu’une sélection de thés, mais les best selles sont là et vous pouvez en self service sniffer les petits pots sur les étagères, sans embêter personne. Si vous voulez changer du Marco Polo et du Pleine Lune et que vous aimez comme moi les thés épicés, permettez-moi de vous suggérer le russian star, le mandalay et le karikal (thé vert chai).

Pour toi, ami Strasbourgeois : http://www.mariagefreres.com/

Sur ces entrefaites parfumées, retour plein Sud, donc, rue du Pont Louis-Philippe. Autant vous prévenir : on se dirige vers boutiques un peu plus chic et, donc, un peu plus chères, c’est sûr. Mais elles valent de mon point de vue le coup d’œil et, en farfouillant, on peut trouver de beaux cadeaux relativement abordables. Je vous encourage donc plutôt à flâner ici et là, en vous hasardant peut-être chez Mi Amor et Sic Amor, deux boutiques jumelles de la rue qui proposent des bijoux et accessoires de styles variés, généralement très originaux.

Pour toi ami Lyonnais, leur page Facebook : http://www.facebook.com/pages/Sic-amor-Mi-amor/124956437520883

Le nez en l’air, gagnez l’air de rien l’île Saint-Louis puis, par le pont Saint-Louis, l’île de la Cité – tout ça avec une vue sur Notre-Dame pas dégueu, et relativement épargnée par la foule des touristes (bon, j’ai dit relativement, hein). Pour éviter un peu la foule, traversez jusqu’à la rive gauche et rejoignez Saint-Michel par le quai Montebello et la rue de la Bûcherie, ne serait-ce que pour passer par Shakespeare & Co, très belle librairie-bibliothèque anglophone au n°37. Il y a des livres anciens de toutes sortes. Et à tous prix, donc. A part ça, vous constaterez que le quartier regorge surtout de boutiques touristiques –après tout, des chaussettes « I love Paris », voilà un cadeau… original, pour amateurs de kitsch décalé – et de quelques boutiques d’estampes et gravures anciennes. Je sais, c’est une marotte, mais c’est toujours chouette à regarder en passant. Enfin, poursuivons par la rue Saint-Jacques, haut les cœurs moussaillon, jusqu’au boulevard Saint-Germain : au croisement, la librairie Album est spécialisée dans les BD et objets dérivés. Les vendeurs sont de bon conseil et vous trouverez évidemment facilement de quoi faire plaisir à votre tonton tintinophile. Si vous n’arrivez pas à vous décider, mes coups de cœur BD : Western, fabuleux one shot des auteurs de Thorgal,  pas tout jeune mais toujours aussi merveilleux ; les deux tomes de « Dieu n’a pas réponse à tout mais il est bien entouré », par Benacquista et Barral, beaucoup plus léger ; Coucous Bouzon d’Anouck Ricard, encore plus léger et particulièrement recommandé à vos éventuelles connaissances familières du monde impitoyable de l’entreprise. Rien de tout ça ne vient de sortir, si vous souhaitez des avis plus frais, rendez-vous sur le blog d’Album, où les gens s’y connaissent mieux que moi (ce qui n’est pas dur !) http://www.album.fr/

Le 8e art vous laisse encore de marbre ? Bon, bon, en ce cas, filez plutôt vers l’ouest, direction Odéon. Depuis Saint-Michel, le plus simple est de vous engouffrer dans la rue Saint-André des Arts. C’est là que se trouve mon fournisseur officiel ès jeux, la boutique « Variantes », où le vendeur est là encore d’excellent conseil. Il y a tout un tas de jeux de cartes, d’échecs, de rubik’s cubes et autres pièges à geeks supérieurement intelligents, mais aussi les dernières nouveautés en matières de jeux de société. Stratégie, ambiance, bluff, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

Pour toi, ami Marseillais : http://www.variantes.com/

Enfin, les plus courageux pourront poursuivre la balade par la rue de Bucci, ne serait-ce que pour y visiter une des boutiques Lush. Je ne suis pas particulièrement fan d’ordinaire des boutiques de cosmétiques et autres produits de beauté, mais celle-ci propose des produits à la fois bio et rigolos très, très sympas à offrir. Savons multicolores, boulles pétillantes pour le bain, masques frais et parfumés… Il y a de quoi faire et craquer pour ces produits appétissants comme des friandises. J’en ai offert tout un sac l’hiver dernier à ma sœur –une bobo à la peau sensible- qui est rapidement devenue « lush addict ». La chaîne étant présente en province, on ne pourra même pas me taxer de parisianisme sur ce coup, ouf !

Pour toi, ami de Trifouillis-les-Oies : http://fr.lush.eu/

Je crois que c’est à peu près tout, que tu as bien flâné et bien fait cramer la carte bleue. Si tu es bien fatigué et qu’il te reste quelques piécettes, trois adresses hautement recommandables pour un repos gourmand bien mérité :

– la Jacobine, passage Saint-André des Arts, pour un chocolat chaud épais comme celui d’Angelina

– la pâtisserie viennoise, 8 Rue de l’École de Médecine (pas forcément recommandée si vous faites un régime pré-fêtes, évidemment…)

– pour finir, une adresse dénichée par notre marmotte préférée, les caves Alliées, rue Grégoire de Tours, un bar rôliste où boire autre chose que de la Leffe ou de la Grimbergen « 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s