Grignotage n°269: Pour seul cortège, Laurent Gaudé

Couverture Pour seul cortège

En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s’écroule, terrassé par la fièvre.

Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l’héritage – et le privilège d’emporter sa dépouille.

Des confins de l’Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d’un temple éloigné où elle s’est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal : le destin l’appelle à nouveau auprès de l’homme qui a vaincu son père…

Le devoir et l’ambition, l’amour et la fidélité, le deuil et l’errance mènent les personnages vers l’ivresse d’une dernière chevauchée.

Ce livre a été reçu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire organisés par Price Minister!

J’étais tombée amoureuse de la plume de Laurent Gaudé en lisant La Mort du Roi Tsongor. Depuis, Le Soleil des Scorta patiente tranquillement dans ma pile à lire, et j’étais très contente de recevoir Pour seul cortège à l’occasion de ce partenariat, d’autant que le thème de ce roman avait l’air très intéressant.

J’ai adoré la première partie du livre. On y découvre des personnages touchants, l’ambiance de la cour d’Alexandre, les intrigues politiques et l’inquiétude de chacun à mesure que l’état de roi s’aggrave, des réminiscences de la construction de l’empire, du départ en Macédoine jusqu’à l’arrivée aux portes de l’Inde. Ce récit principal alterne avec le point de vue de la princesse Dryptéis, fille de Darius, recluse dans un temple après la mort de son mari et rappelée au chevet d’Alexandre, et celui du messager envoyé auprès d’un roi Indien.Les émotions des personnages sont décrites avec beaucoup de finesse, le style à la fois lyrique et épique est parfait pour décrire ce monde sur le point de s’effondrer. La dimension surnaturelle de certains éléments fait basculer ce récit historique dans quelque chose de plus onirique, ce qui donne un aspect vraiment original à la narration.

La deuxième partie m’a laissée plus perplexe, ou plutôt, même si j’ai apprécié la façon dont l’action se déroulait, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs. L’exercice de style est intéressant et réussi, mais je n’ai pas accroché à ce lent voyage du cortège d’Alexandre en direction de la Macédoine. Pourtant, le texte est riche en détails sur la guerre qui déchire l’empire, ou de réflexions sur la mémoire, le destin,  et sur ce que l’humanité retiendra de l’aventure d’Alexandre le Grand. Certaines scènes m’ont même touchée, surtout les dernières pages et le tableau final, mais pour moi, ce court roman comporte une trentaine de pages de trop.

Un thème intéressant, traité avec beaucoup de finesse et d’originalité, une très belle plume, une dimension poétique dans l’écriture comme dans le sujet… bref, j’aurais été enthousiaste si quelques longueurs n’avaient pas un peu gâché ma lecture de la deuxième partie! 

Si je devais donner une note: 6,5/10
Marmotte est un peu déçue quand même…

Livre lu dans le cadre du Challenge Feuilles Mortes et Parchemins

Publicités

Une réponse à “Grignotage n°269: Pour seul cortège, Laurent Gaudé

  1. Moi, j’ai adoré du début à la fin !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s