Grignotage n°265: Alvéoles, Eric Descamps

Couverture AlvéolesQui peut avoir intérêt à organiser, avec une minutie toute scientifique, le massacre des abeilles de notre vieille Europe? Pourquoi une cellule de l’OTAN spécialisée dans la lutte contre le cyber-terrorisme expérimente-t-elle un système capable de mettre à genoux l’activité économique de l’Occident? Les instigateurs de ce complot bicéphale avancent leurs pions avec une implacable patience.
La machine à chaos est en route, et rien ne semble pouvoir l’arrêter.
Mais il suffit de quelques rencontres fortuites pour que ce scénario se voit contrarié.

Merci à Livraddict et aux Editions Atine Nenaud pour ce partenariat, ainsi qu’à Eric Descamps pour sa disponibilité. J’ai passé un bon moment avec ce thriller, et j’ai été surprise par l’originalité de certains des fils de l’intrigue!

Le livre démarre lentement, afin de nous laisser le temps de faire connaissance avec les différents protagonistes. Certaines des premières scènes ne m’ont pas paru indispensables, mais elles permettent au moins au lecteur de bien enregistrer les noms des personnages ainsi que leurs relations les uns avec les autres.

On se retrouve ainsi aux côtés d’un couple de jeunes mariés et d’une famille tout ce qu’il y a de plus normal, qui vont se retrouver mêlés à un complot qui les dépasse. De même, Milos, le pirate informatique, surement mon personnage préféré, et Sabrina, qui est chargée de l’espionner, ne sont que des pions aux mains des « grands méchants ». D’ailleurs, ces derniers bénéficient d’un traitement qui évite les clichés, et leur confère même une certaine part d’humanité: eux aussi ont leurs espoirs, leurs rancunes, leurs qualités et leurs défauts, ce qui est très appréciable lorsqu’il aurait été si facile de tomber dans la caricature.

Même si certaines tournures de phrases m’ont  légèrement fait froncer les sourcils, l’ensemble du livre se lit facilement et agréablement. Peu à peu, l’intrigue se met en place, les chapitres assez courts et les changements de point de vue permettant de faire monter la tension.

A partir de la moitié du livre (c’est à dire lorsqu’on commence à voir le rapport entre la disparition des abeilles, la tentative de vol d’un cybervirus, la maladie qui frappe la famille de Faustine, et une entreprise agro-alimentaire), celui-ci devient vraiment très prenant, et le suspense va crescendo jusqu’à la toute fin. Celle-ci m’a peut-être paru un peu précipitée, en comparaison avec le reste du livre, qui prend davantage son temps, mais c’est vraiment mineur par rapport à la qualité générale du roman.

L’intrigue marie efficacement technologie, avec des explications données au bon moment, qui aident le lecteur à comprendre sans le noyer sous les informations,  et écologie, tout en évitant de donner des leçons de morale. Et au cas où la trame du roman paraîtrait classique au lecteur chevronné de thriller (que je ne suis pas), l’auteur a pris soin d’ajouter à son intrigue une dimension onirique, flirtant discrètement avec le fantastique, qui, de façon étonnante, s’intègre parfaitement au reste de l’histoire, et que j’ai beaucoup appréciée.

Un bon moment de lecture que ce thriller à l’intrigue bien pensée et aux personnages attachants! Les références à des nouvelles du même auteur ont aiguisé ma curiosité. 

Si je devais donner une note: 7,5/10
Marmotte, qui n’aime pas les thrillers,  trouve ça très sympa!

Publicités

Une réponse à “Grignotage n°265: Alvéoles, Eric Descamps

  1. J’ai trouvé ça très sympa aussi, et la disponibilité de l’auteur ajoute au plaisir 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s