Grignotage n°263: Sinouhé L’Egyptien, Mika Waltari

Couverture Sinouhé l'égyptien, tome 1

Par amour pour une courtisane, le médecin égyptien Sinouhé s’est vendu comme esclave. Il va vivre une odyssée à mi-chemin des mythes et de la réalité.

Médecin, mais aussi espion pour le compte du pharaon Aménophis IV, il ira de Thèbes à Babylone, et aussi chez les mystérieux Hittites et chez les Crétois soumis au Minotaure.

Malgré un personnage principal que j’ai trouvé peu attachant, j’ai apprécié cette riche fresque historique qui s’intéresse à une des périodes les plus mouvementées de l’histoire égyptienne!

Couverture Sinouhé l'égyptien, tome 2

Et pourtant, le début du premier tome m’a laissé perplexe! Ce qui m’a principalement dérangée, c’est le personnage de Sinouhé, qui se conduit pendant 200 pages comme un parfait crétin, en se mettant complètement à la merci d’une courtisane (un peu magicienne?), alors même qu’il a été prévenu, plusieurs fois, et notamment par la dame en question! Tant de bêtise m’a paru assez peu crédible, et si le but recherché par l’auteur au début de son récit était d’énerver son lecteur en le faisant pester contre son personnage principal, c’est très réussi! Heureusement, par la suite, Sinouhé devient beaucoup plus mature et réfléchi, mais je ne l’en ai pas trouvé plus attachant. Il reste en effet très froid, et même s’il lui arrive des choses horribles et qu’il ne manque pas de s’en plaindre, il m’a été très difficile de compatir. Heureusement, certains autres personnages hauts en couleurs, comme Kaptah, l’esclave de Sinouhé, qui introduit une dimension burlesque dans le récit, ou Merit, un beau personnage féminin, viennent donner un peu de dynamisme et d’humanité au récit.

J’ai par contre beaucoup apprécié la façon dont l’auteur avait agencé son histoire. La première partie, basée sur les voyages de Sinouhé dans de nombreux pays autour de la Méditteranée, est plutôt centrée autour d’une quête initiatique. J’ai  trouvé les réflexions sur les différentes cultures, et la place de la religion, très intéressantes. D’ailleurs, même si le récit ne comporte pas à proprement parler d’éléments fantastiques, certaines scènes, par exemple dans le labyrinthe du Minotaure, laissent planer le doute. Même si Sinouhé, homme de science et médecin, n’est pas du tout religieux, on se rend bien compte que les mythes et la magie ont une place centrale dans la culture des différents personnages, ce qui confère au récit une atmosphère particulière et assez dépaysante.

La deuxième moitié de l’histoire consiste plutôt en une intrigue politique, avec la révolution religieuse imposée à l’Egypte par le pharaon Akhénaton et les conflits sanglants que cela engendre. Mika Waltari place son personnage dans un contexte extrêmement riche en évènements, à la fois culturels et politiques. Evidemment, le rôle central que Sinouhé va jouer, en tant que médecin du pharaon, puis comme espion pour le général Horemheb, permet au lecteur de bien comprendre tous les mécanismes du pouvoir dans les différentes cours de l’époque, ainsi que les répercussions des décisions royales sur le peuple, notamment à Thèbes.

J’ai d’ailleurs aimé les changements constants de lieux et d’ambiances, qui apportent une diversité bienvenue dans un récit aussi long et assez dense. Par contre, j’aurai préféré que l’écoulement du temps soit davantage marqué dans le récit, il n’y a en effet aucune date, et il m’a paru difficile de savoir si tels ou tels évènements s’étaient passé quelques mois, ou des années après ceux du chapitre précédent. Une petite recherche sur internet a évidemment réglé le problème, mais j’aurai préféré avoir ces informations en cours de lecture.

Le style, volontairement archaïsant, m’a étonnée, mais pas vraiment dérangée. Au contraire, j’ai trouvé la plume de Mika Waltari très agréable, même si la répétition de nombreuses formules durant plusieurs centaines de pages a fini par me lasser. Mais je dois reconnaître que ce choix d’écriture rappelle la façon dont sont rédigés les textes égyptiens qui datent de cette époque, et par conséquent, est plutôt cohérent avec le sujet abordé dans ces deux tomes.

En plaçant son récit à un moment crucial de l’histoire égyptienne, Mika Waltari livre, avec les aventures de Sinouhé, une fresque passionnante,  riche en informations et en réflexions. C’est un tout petit peu long, mais vraiment intéressant!

Si je devais donner une note: 7/10
Marmotte trouve ça chouette!

Ce livre a été lu pour le challenge Feuilles Mortes et Parchemins!

Publicités

Une réponse à “Grignotage n°263: Sinouhé L’Egyptien, Mika Waltari

  1. Sinouhé l’Égyptien est un roman que j’adore et que j’ai déjà lu deux fois. J’adore l’ambiance, le style et le personnage de Sinouhé même si, comme tu le soulignes, il se comporte parfois comme un parfait imbécile ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s