Grignotage n°248: Chronique du tueur de roi, T1, Le nom du vent, Patrick Rothfuss

Couverture Chronique du tueur de roi, tome 1 : Le Nom du ventJ’ai libéré des princesses. J’ai incendié la ville de Trebon. J’ai suivi les pistes au clair de lune que personne n’ose évoquer durant le jour. J’ai conversé avec les dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J’ai été exclu de l’Université à un âge où l’on est encore trop jeune pour y entrer. J’y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi.

Je suis tombée sous le charme de Kvothe, un personnage complexe et attachant, porté par une plume élégante et un vrai talent de conteur. 

J’ai d’abord beaucoup aimé la structure de l’histoire. L’auteur jongle adroitement entre plusieurs époques et plusieurs récits. Au centre du livre, se trouve évidemment la narration de Kvothe, mais celle-ci est entrecoupée d’interludes assez brefs, qui nous ramènent au présent assez mouvementé des personnages.

Grâce aux effets d’annonce, je savais déjà plus ou moins ce qui allait se passer (dans les grandes lignes). Pourtant, il m’a été très difficile de lâcher le livre en cours de lecture. En effet, Patrick Rothfuss dépeint un univers riche et complexe, et a le don de rendre la moindre situation intéressante, en y ajoutant juste ce qu’il faut de détails et de réalisme.

Le monde de Kvothe, même s’il reprend les grandes lignes de la plupart des univers fantasy (époque médiévale, avec de la magie, etc…), se joue pourtant avec un certain humour de quelques poncifs (notamment les dragons), et comprend aussi sa part d’originalité (j’ai beaucoup aimé les Edema Ruh, le système complexe de l’Université, ou encore la façon dont Patrick Rothfuss décrivait les différentes formes de magie…).

Je me suis également beaucoup attachée à Kvothe, qu’il s’agisse de l’adolescent du récit, ou de l’adulte qui raconte, et même si je n’étais pas toujours en accord avec ses réactions ou ses décisions, celles-ci m’ont paru crédibles. Le personnage du jeune prodige qui s’en sort malgré tout aurait pu m’agacer, mais c’est justement à cause de son talent et de son intelligence que Kvothe commet la plupart de ses erreurs: il a trop confiance en lui, est trop naif, et a tendance à parler avant de réfléchir. Les autres personnages, même ceux qui n’apparaissent que durant quelques pages, ne manquent pas d’intérêt car ils sont aussi très travaillés (j’apprécie particulièrement Bast, qui est plutôt intrigant).

S’il fallait vraiment reprocher quelque chose à ce livre, c’est la prévisibilité, non pas de l’histoire (au contraire, savoir qu’il va se passer quelque chose, sans savoir pourquoi ni comment a pour moi un effet assez addictif), mais du rythme auquel elle est racontée. A chaque fois que tout semble aller bien, ou tout du moins mieux,  pour Kvothe, il est victime d’une nouvelle catastrophe, et quand on pense qu’il peut difficilement tomber plus bas, hop! un coup de chance vient améliorer sa situation.

Bien sûr, le tout est fait de façon un peu plus complexe mais il n’est pas difficile, au bout de quelques centaines de pages, de deviner quand ces coups du sort vont avoir lieu. Tout le talent de l’auteur réside alors dans le fait de construire autour de ces rebondissements un peu prévisibles une intrigue bien pensée, bien ficelée, et riche de situations très différentes.

Et maintenant que le deuxième tome a rejoint ma bibliothèque, je n’ai qu’une hâte: me jeter dessus! Merci beaucoup à Minidou, qui m’a offert ce livre! 

Si je devais donner une note: 10/10
Marmotte est accro! 

Publicités

4 réponses à “Grignotage n°248: Chronique du tueur de roi, T1, Le nom du vent, Patrick Rothfuss

  1. Ah content que ce livre t’ait plus j’ai moi aussi passé un excellent moment avec ce premier tome. D’ailleurs la première partie du Tome 2 sors dans un mois en France et j’ai vraiment hâte de la découvrir même si ca me fait un peu mal de vir ce tome couper en 2.

    • Je ne savais pas qu’ils le coupaient en 2 pour la sortie française (en même temps, en anglais, il fait 1300 pages, c’est du super pavé :p). Je pense l’emmener en vacances, il devrait durer un petit moment^^ En tout cas j’ai hâte de reprendre ma lecture (Marmotte addict^^).

  2. Haaaaaaaaaaaa !!! Je suis RAVIE que tu ais accroché !! Ca avait été un coup de cœur pour moi 😉 De mon côté, je n’ai pas osé m’attaquer à la VO, de peur de lâcher en cours de route (vu la largeur du pavé…)
    Je me prendrais donc la VF !
    Bonne suite de lecture 😉
    bisous

  3. Je te remercie pour ton partage, tu me donnes envie de le lire! J’espère le trouver rapidement 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s