Grignotage n°242: Couleur émeraude, Marie Caron

Couverture Couleur EmeraudeNon loin de l’hôtel de ses parents, aux allures d’une vieille demeure couleur craie où les chemins de sable mènent à la mer au gré du vent qui balaie les dunes de l’Émeraude, Joseph Cohen, peintre adulé dont les œuvres sont reconnues jusque dans la capitale, berce sa liberté d’artiste au contact de ses pinceaux et de ses toiles prestigieuses. Malheureusement, sa passion artistique sera de courte durée puisque le 17 juin 1940, l’Émeraude rentrera dans sa période noire et Joseph connaîtra le triste sort que lui aura réservé l’officier allemand : le Général Franz Eschenbrenner. Soixante-dix ans plus tard, l’hôtel luxueux construit par les parents de Joseph est transformé en aire de gîtes vacanciers qui deviendra le théâtre d’événements étranges laissant supposer que le peintre n’a pas dit son dernier mot. Sur fond de phénomènes inexpliqués et de vengeance préméditée, l’histoire de « Couleur Émeraude » se pimente, chapitre après chapitre, par l’arrivée inattendue de certains protagonistes.

Merci à Marie Caron qui m’a envoyé son livre! Malgré un résumé plutôt alléchant et assez éloigné de mes lectures habituelles, j’ai été assez déçue par ce texte. 

J’ai beaucoup aimé certaines idées contenues dans ce roman, comme l’apparition des dryades, ou le fait de donner à l’intrigue un support historique. Les scènes où des phénomènes paranormaux se produisent sont également intéressantes, et témoignent d’une certaine maîtrise de la tension narrative.

Pourtant, je n’ai pas accroché à l’histoire, surement à cause des nombreuses fautes (surtout de syntaxe!) présentes dans le texte. Certaines phrases m’ont, de fait, paru incompréhensibles: « Au physique avantageux, il avait une chevelure châtaine classe qui convenait à sa masse capillaire ondulée ».

Certaines répliques en anglais et en allemand m’ont aussi laissée perplexe, j’ai beau ne pas être une spécialiste de ces deux langues, de nombreuses phrases ne m’ont pas semblé correctes: « I’m very hurry », ou alors pas crédibles dans le contexte (un tueur sanguinaire qui demande poliment à ses victimes « Ich bitte um Ruhe! »).

De même, je n’ai pas compris certaines réactions des personnages, mais c’est vraiment quelque chose de subjectif. Disons que si je savais que quelqu’un que je connais était introuvable et en danger de mort, ma première action en croisant la petite-fille du disparu ne serait pas forcément de m’envoyer en l’air avec elle en omettant de la prévenir que son grand-père est en danger.

Tous ces éléments ont provoqué un certain désintérêt pour une intrigue qui aurait surement mérité plus de développements afin de gagner en solidité. J’ai trouvé que les choses s’enchaînaient trop vite, dans une certaine confusion. J’ai parfois confondu les personnages que j’ai trouvé assez stéréotypés (le jeune homme d’origine australienne est forcément grand, avec un physique de surfeur, tandis qu’une sexagénaire bien dans sa peau est qualifiée de « vieille dame ».)

Bref, malgré de bonnes idées, notamment en ce qui concerne la présence d’éléments fantastiques qui auraient mérité d’être mieux exploités, je n’ai pas du tout été convaincue ni par l’intrigue, ni par les personnages, et encore moins par le style d’écriture, car les nombreuses fautes ont vraiment gâché ma lecture. 

Si je devais donner une note: 3/10
Marmotte n’est pas du tout convaincue 

Publicités

2 réponses à “Grignotage n°242: Couleur émeraude, Marie Caron

  1. J’étais tentée par les premières phrases de ton billet et la présentation mais la suite me fait douter.

    • Couleur émeraude a également reçu de bonnes critiques, donc je pense que ça dépend de la sensibilité de chacun, n’hésite pas à aller lire d’autres chroniques avant de te faire un avis! Personnellement je sais que je suis super intransigeante en ce qui concerne les fautes d’orthographe, et malheureusement ca peut vraiment m’empoisonner une lecture. C’est vraiment dommage, je pense qu’une relecture supplémentaire aurait vraiment augmenté la qualité de ce roman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s