Grignotage n°240: Artemis Fowl, T5, Colonie Perdue, Eoin Colfer

Nom: Fowl. Prénom: Artemis. Signes particuliers : une intelligence redoutable. Incroyable! Il existe sur terre une personne aussi brillante que le célèbre bandit. Elle se nomme Minerva, elle est française et n’a que douze ans! L’ambitieuse prend Artemis de vitesse alors que le peuple des démons menace de quitter sa colonie. Dans cette partie diabolique, il n’y aura qu’un gagnant… Et ce ne sera peut-être pas Artemis.

J’aime toujours autant me replonger dans cette série à la fois drôle et originale, d’autant que ce tome se démarque par une belle évolution des personnages, de nouvelles découvertes… et une fin géniale!

Eoin Colfer réussit à se renouveler en nous présentant une nouvelle civilisation, celle des démons, exilés sur une île perdue dans un autre espace temps. L’intrigue,  quoique très bien ficelée, se complique! En plus de la technologie futuriste et des péripéties rocambolesques habituelles, les protagonistes sont désormais confrontés à des voyages temporels, et dans ces cas-là, je suis toujours étonnée de voir que l’auteur parvient à retomber sur ses pieds (ils sont forts, ces auteurs!).

Le fait qu’Artemis grandisse donne lieu à de (profondes!) réflexions sur la puberté et les hormones, qui sont d’autant plus drôles que le petit génie analyse les choses très froidement, même en présence de la charmante (question de point de vue!) Minerva, qui ne le laisse évidemment pas indifférent.

Artemis se retrouve aussi de plus en plus souvent du côté des gentils, tout en restant parfois parfaitement exécrable! Le personnage de Minerva, censée lui offrir un adversaire à sa mesure, m’a quand même laissé sceptique: c’est une sacrée cruche et une sale gosse, et je ne l’ai pas trouvée crédible dans sa manière de réagir: pour un génie, elle est quand même très geignarde et longue à la détente!

Les autres personnages marquants de la série sont égaux à eux-mêmes: Holly tape sur Foaly qui tape sur Mulch qui tape sur des gnomes, le tout à coups de sarcasmes et de dialogues bien sentis… Même dans les moments « creux » de l’intrigue, je ne me suis pas ennuyée, et j’apprécie toujours autant de voir avec quelle astuce et quelle imagination Eoin Colfer parvient à réunir ses personnages et à intégrer des éléments très disparates dans son intrigue!

Tout en reconnaissant que certaines blagues ne volent pas haut, j’adore l’atmosphère survoltée de cette série, une de mes préférées en jeunesse!  

Si je devais donner une note: 8,5/10
Marmotte aime beaucoup, beaucoup, beaucoup! 
Publicités

2 réponses à “Grignotage n°240: Artemis Fowl, T5, Colonie Perdue, Eoin Colfer

  1. Moi aussi j’aime beaucoup Artemis Fowl, ceci dit il serait temps qu’il termine la série parce que je trouve que ça perd en qualité et en fraicheur petit à petit ^^

    • Ouip je suis d’accord, j’ai pas franchement été convaincue par les deux derniers sortis, mais j’attends avec impatience le dernier tome 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s