Grignotage n°236 : La cathédrale de la mer, Ildefonso Falcones

Couverture La cathédrale de la mer

Barcelone, XIVe siècle. La cité catalane s’enorgueillit d’un nouveau fleuron gothique : Santa Maria del Mar, la cathédrale de la mer, qui s’élève, pierre à pierre, vers un ciel sans nuages. Bâtie  » par et pour le peuple « . Certains porteurs n’hésitent pas à signer les blocs de pierre de leur propre sang. C’est leur oeuvre. Leur vie. Du haut de ses huit ans, le jeune Arnau Estanyol contemple le chantier. A l’image de ce chef-d’oeuvre en devenir, l’ascension de ce fils de paysan exilé parti de rien sera fulgurante. Devenu consul et proche du roi, humaniste et philanthrope, il n’oubliera jamais que son destin est placé, depuis sa naissance, sous le signe des tragédies : l’ombre de la Sainte Inquisition plane sur ses ambitions, et la Grande Peste s’apprête à fondre sur Barcelone…

Malgré une atmosphère dépaysante et un auteur que l’on sent très documenté, j’ai été un peu déçue par ce roman, et particulièrement par son intrigue que j’ai trouvé un peu faible. 

En effet, j’ai trouvé que l’auteur avait souvent recours aux mêmes ressorts dramatiques pour faire avancer son histoire: j’ai compté au moins trois viols, deux femmes qui sont réduites à la prostitution, deux orphelins qui se font adopter… Cela donne un côté un peu brouillon au récit, dans la mesure où les retournements de situation ne semblent pas naturels, ou encore deviennent prévisibles.

J’ai aussi eu du mal à m’attacher au personnage principal, Arnau, qui, de façon générale, est toujours bon, bien intentionné, et placé tantôt en victime d’une oppression injuste, soit en bienfaiteur désintéressé. Les seuls moments (trop rares) où je l’ai vraiment trouvé intéressant sont ceux où il faisait preuve de faiblesse ou de lâcheté, mais cela n’a pas suffit à donner de la substance à ce personnage.

Pour ce qui est de la reconstitution historique, j’ai eu l’occasion d’apprendre beaucoup de choses grâce à ce livre. Le lieu et l’époque décrits, à savoir la Catalogne à l’aube de l’Inquisition, m’étaient presque inconnus, et j’ai vraiment apprécié la précision historique dont fait preuve Ildefonso Falcones. Par contre, j’ai trouvé un peu gênant que toutes les informations soient données au cours des dialogues, par exemple mettant en scène un personnage informant un ami de la situation de tel pays ou de tel domaine économique. Déjà, il m’a semblé que cela rendait les dialogues très verbeux, et ralentissait d’autant une action qui manquait déjà un peu de dynamisme. Ensuite, j’ai trouvé assez peu crédible que le premier paysan venu soit capable (j’exagère, mais à peine!) de disserter sur la situation économique de la Catalogne , ou sur ce qui s’est passé 100 ou 200 ans plus tôt dans une autre région d’Espagne.

Malgré ces remarques négatives, j’ai quand même passé un assez bon moment avec ce livre, j’ai trouvé certains personnages ou certaines situations très intéressants ou touchants. Le dernier tiers de l’intrigue, où l’action est plus dense, m’a beaucoup plu. Cependant,  je m’attendais à une intrigue mieux construite, moins « facile » et plus prenante.

Si je devais donner une note: 6,5/10
Marmotte est un peu déçue 

Publicités

3 réponses à “Grignotage n°236 : La cathédrale de la mer, Ildefonso Falcones

  1. Pour moi, ce livre à été un coup de cœur….

  2. tout comme toi, j’ai passé un bon moment mais il maque un quelque chose

  3. L’histoire m’intéressait mais je pense que je vais passer mon chemin 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s