Grignotage n°229: Kane & Abel, Jeffrey Archer

Couverture Kane et AbelIls sont nés le même jour et pourtant tout les sépare : William Kane et Abel Rosnovski, le fils de banquier de Boston et l’orphelin polonais recueilli par un paysan.
A leur naissance, le 18 avril 1906, l’un paraît promis à la réussite et à la puissance du Nouveau Monde. L’autre semble condamné à la misère et aux désastres qui ravagent le Vieux Continent. Mais le destin va réunir ces deux hommes dans une lutte acharnée pour l’argent et le pouvoir, où chacun sait qu’il ne pourra y avoir qu’un gagnant… Durant plus de six décennies, c’est au prix d’une rivalité sans merci que tous deux vont construire un empire, par-delà les crises économiques, les soubresauts de l’histoire et les drames personnels.
Au coeur de l’Amérique du XXe siècle, cette odyssée magistrale réinvente le mythe immémorial des jumeaux ennemis.

J’ai eu un coup de coeur pour ce roman, son intrigue vaste et ses deux personnages antagonistes auxquels je me suis beaucoup attachée. Merci à Livraddict et au Livre de Poche pour cette belle découverte! 

L’auteur a très bien réussi à ancrer son intrigue, qui se déroule sur plusieurs décennies, dans l’histoire des Etats-Unis. Abel est d’ailleurs une parfaite incarnation de l’American Dream, tandis que William appartient à une très ancienne famille de banquiers.

D’ailleurs, je m’attendais au départ à trouver William bien moins sympathique qu’Abel, et pourtant, je me suis tout autant attachée à l’un qu’à l’autre, car ils possèdent tous les deux des personnalités complexes, une grande intelligence. Ils ont chacun à leur façon été malmenés par les événements, et au final, j’ai été presque désolée de les voir se haïr et chercher à se détruire mutuellement.

Les 700 pages de ce roman ont défilé très rapidement, car j’ai vraiment été prise par ce récit.  Certains rebondissements sont prévisibles, et pourtant, le talent de conteur de Jeffrey Archer est tel que cela ne m’a absolument pas dérangée. Malgré une structure assez classique, l’histoire est très dense, intense, complexe. On s’intéresse non seulement aux deux protagonistes mais aussi aux enjeux économiques et militaires mondiaux qui vont avoir un impact sur leur vie et leurs décisions. Malgré cette perspective très large, l’auteur parvient à construire, sur trois générations, des personnages vivants qui nous embarquent avec une étonnante facilité des rues de New York à la Sibérie, en passant par Londres et la campagne polonaise.

J’ai terminé la lecture de cette fresque historique un peu à regret, et je lirais très volontiers d’autres livres de cet auteur! 

Si je devais donner une note: 10/10
Marmotte adore! 

Publicités

2 réponses à “Grignotage n°229: Kane & Abel, Jeffrey Archer

  1. Très jolie chronique qui m’a donné envie de lire ce livre, je l’ajoute dans dans ma liste à acquérir tout de suite.
    A bientôt
    Meelly lit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s