Grignotage n°222: Le brocart, Teru Miyamoto

Couverture Le BrocartLe Brocart est un roman épistolaire. Par le plus grand des hasards un homme et une femme autrefois mariés, puis séparés, se sont revus. En l’espace d’un an, ils vont tisser et retisser leur histoire d’amour dans une correspondance faite de confessions, de volte-face, de mensonges, d’enthousiasme. Mais le passé, le présent, l’avenir se rejoignent et leurs lettres nouent entre eux un nouveau destin.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture, et surtout la profondeur des deux personnages principaux.

Grâce au style épistolaire, on plonge directement dans les pensées et l’intimité des deux protagonistes. Cela a été un vrai choc culturel pour moi car de ce fait, on ressent très fortement la pression sociale qui pèse sur Aki pour qu’elle se remarie, et la misogynie des hommes qu’elle côtoie. Cela a du avoir un impact sur ma vision des personnages, car je me suis beaucoup attachée à Aki, qui met toute son énergie dans l’éducation de son enfant handicapé, tandis que j’ai eu très envie de coller des baffes à son ex-mari, qui, après le divorce, s’est progressivement laissé emporter dans une sorte de descente aux enfers.

Pourtant, le roman est construit de telle sorte que les deux personnages apparaissent sous un jour différent selon les lettres, si bien qu’il est difficile de les analyser de façon manichéenne. En effet, les lettres, en racontant à la fois le passé des deux narrateurs et leur présent, abordent une grande variété de thèmes, et forment en quelque sorte une synthèse de la vie et de la façon de penser de leurs auteurs.

Les évènements dramatiques du passé sont présentés assez rapidement, avec un certain calme et une distance due au fait qu’il s’est écoulé plusieurs années entre l’action et la narration. On s’intéresse évidemment aux évènements en eux-mêmes, mais surtout à la façon dont les deux époux y ont réagi. Certaines scènes sont à ce titre racontées deux fois, avec deux points de vue très différents. J’ai trouvé cela très intéressant, et n’ai pas regretté le manque de suspense lié aux raisons qui ont poussé ce couple à divorcer, car j’ai vraiment apprécié l’atmosphère méditative, parfois détachée, qui entoure les lettres.

J’ai également beaucoup apprécié la fin du roman, que j’ai trouvé assez émouvante, bien que pas véritablement optimiste: on laisse les personnages au moment où, en partie grâce à leur correspondance, ils ont chacun pris des décisions importantes pour leur avenir.

J’ai aimé suivre le parcours de ces deux personnages, au final très humains, et j’ai surtout apprécié l’atmosphère de ce roman épistolaire, tout en calme et en subtilité. 

Si je devais donner une note: 8,5/10
Marmotte aime beaucoup!  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s