Grignotage n°221: Le souffle d’émeraude, Maria V. Snyder

Après des années d’exil, Elena retourne en Sitia, son pays natal, où elle a hâte de retrouver sa famille et de commencer sa formation magique auprès d’Irys, son mentor. Mais rien ne se déroule comme elle l’avait espéré : non seulement son unique frère semble lui vouer une haine farouche et incompréhensible, mais de plus, un drame terrifie toute la population sitienne : l’une après l’autre, une série d’adolescentes sont enlevées et assassinées par un magicien rebelle animé de funestes projets. L’occasion pour l’audacieuse Elena de mettre en oeuvre les pouvoirs qu’elle vient de se découvrir. Des pouvoirs très particuliers.
Confrontée aux démons de son propre passé et à de dangereux ennemis, Elena peut heureusement compter sur le soutien d’anciens amis, et de Valek, son mystérieux amant…

J’ai été un peu déçue par ce deuxième tome, dont j’ai trouvé l’intrigue moins originale que celle du premier. 

En effet, dans Le poison écarlate, j’avais apprécié que l’héroïne, Yelena, fasse des choix et se montre courageuse principalement à cause de la pression exercée sur elle par Valek, Irys et le Commandeur. Maintenant qu’elle est libre et qu’elle s’est réfugiée à Sitia, elle a un peu trop tendance à jouer la gentille héroïne intrépide, prête à sauver le monde sans qu’on lui ai rien demandé (et alors que d’autres personnes, comme les quatre Maîtres Magiciens, sont un peu là pour ça!), et cela m’a agacée.

Il me semblait intéressant que Yelena se découvre des pouvoirs magiques, mais pas qu’elle hérite (comme par hasard) d’un pouvoir rare, puissant, qu’elle apprend au final assez facilement à maîtriser, alors qu’il la mettait en danger de mort dans le tome 1. Bref, j’ai trouvé que l’auteure avait tendance à tomber dans la facilité en rendant les choses trop simples pour son personnage principal.

De même, on retrouve dans ce second opus les mêmes ressorts dramatiques que dans le premier, à ceci près que Valek, que je trouvais déjà un peu cliché auparavant, fait un peu tapisserie, ce qui m’a déçue étant donné le potentiel de ce personnage. Je n’ai donc pas été très convaincue par l’intrigue, qui demeure un peu trop classique et comporte trop de longueurs à mon goût.

Par contre, j’ai beaucoup aimé découvrir Sitia, et notamment les différents clans qui y vivent, ainsi que la famille de Yelena. La description de la relation compliquée entre Yelena et son frère est également très intéressante, l’auteure parvient à la rendre à la fois complexe et crédible. Maria V. Snyder présente aussi dans Le souffle d’émeraude quelques très bons concepts (les tisseurs d’histoire, notamment), que j’aimerais beaucoup voir développés dans le tome trois.

Ce sont ces quelques éléments en attente de développement, ainsi que l’ambiance générale de la trilogie, qui me donnent envie de m’attaquer au dernier tome, en espérant que l’intrigue y soit plus structurée et que les choses y soient un peu moins faciles pour Yelena! 

Si je devais donner une note: 6,5/10
Marmotte est un peu déçue 

Ce livre a été lu dans le cadre d’une lecture commune pour le Tea Time Book Show, et pour le challenge Fantasy sous un Chêne!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s