Grignotage n° 206: Les cités des Anciens, T2, Dragon Haven, Robin Hobb

Alors qu’ils progressent vers la mystérieuse cité de Kelsingra, les dragons et leurs gardiens rencontrent de nombreuses difficultés. En vivant au gré du fleuve, ils doivent affronter les dangers du Désert des Pluies.

Tandis qu’Alise s’interroge sur ses sentiments pour Leftrin, et Thymara sur son identité et sa relation avec Tats, Sedric affronte son passé, et tente de se forger un avenir.Pendant ce temps, les dragons évoluent, et leurs gardiens se rendent compte que ces changements pourraient bien les concerner également.

Encore une fois, le rythme du roman est assez lent: on se laisse porter, en même temps que les personnages, par le cours du fleuve, et par l’écriture à la fois riche et précise de Robin Hobb. 

Humains et dragons étant complètement coupés du monde extérieur, l’intrigue se noue autour d’un nombre assez réduits de personnages. Pourtant, les problématiques sont assez diversifiés, entre les questions politiques, l’exploration du Désert des Pluies, et les problèmes plus personnels. Les personnages passent par contre beaucoup de temps à s’interroger sur leurs sentiments, et même si ce n’est pas inintéressant, j’ai trouvé que les longs passages d’introspection étaient parfois un peu répétitifs.

Malgré tout, je suis rentrée dans l’histoire plus facilement que pour le tome 1, et j’ai vraiment eu du mal à m’en détacher une fois le roman terminé. Les scènes d’actions notamment, bien que peu nombreuses,  sont vraiment très bien racontées. J’ai passé beaucoup de temps à m’inquiéter pour tel ou tel personnage, preuve qu’au final je m’y suis quand même  attachée, notamment à Sedric, Leftrin et à Thymara (Alise reste par contre la reine des cruches, même si elle est quand même sympathique au fond). J’ai encore une fois beaucoup aimé lire la correspondance de Erek et Detozi, qui permet de saisir quelques bribes de ce qui se passe en dehors du Désert des Pluies.

J’ai trouvé passionnant de « voir » évoluer les dragons, et leurs relations avec leurs gardiens, et je reste admirative devant l’inventivité de l’auteure, et la cohérence du monde dans lequel elle place ses personnages. Certains concours de circonstances m’ont paru un peu faciles, mais en même temps, je suis très contente de la façon dont ce tome se termine, encore une fois sans cliffhanger, mais en générant une attente qui donne envie de lire la suite!

J’ai enfin réussi à me laisser happer par le récit! L’atmosphère du Désert des Pluies est vraiment prenante, les personnages, peu nombreux,  sont attachants et souvent ambivalents, et malgré quelques longueurs, j’ai vraiment aimé le déroulement de l’histoire! 

Si je devais donner une note: 9/10
Marmotte est (presque) accro! 

Livre lu dans le cadre du challenge Fantasy sous un Chêne.

Publicités

6 réponses à “Grignotage n° 206: Les cités des Anciens, T2, Dragon Haven, Robin Hobb

  1. Cela a beau être une série moins poussée que L’Assassin Royal et Les Aventuriers de la Mer, j’adore cette série, qui est de mieux en mieux à chaque tome !

    • C’est très rare que j’apprécie un tome 2 plus qu’un tome 1 (d’habitude il s’agit d’une transition dans l’action et ça me plaît moins), mais là, l’intrigue est vraiment approfondie, et ça m’a beaucoup plu!

  2. J’adore cette série aussi et la façon dont Hobb nous représente les dragons, loin des clichés classiques.

    • J’adore le fait que les dragons soient des personnages à part entière du récit, avec une personnalité propre, et une façon de penser totalement différente de celle des humains (Je l’ai pas dit dans l’article parce que j’ai oublié, mais j’aime beaucoup Sintara, rarement sympathique, mais super intéressante à mon avis^^)

  3. Andrea Kolinsky

    Moi aussi j’ai mieux aimé le 2. Mais ça reste tout de même super patriarcal comme ambiance, c’est dommage. Du coup ça donne un côté désuet et finalement assez vieillot : le garçon qui est chef, le dragon qui est chef… ça fait cliché à deux balles, assez conventionnel – de même la « libération » d’Alise. On dirait que l’auteure est convaincue de la supériorité masculine et qu’elle ne voit pas plus loin que le bout de son nez. C’est tout de même très décevant, la fantasy ayant à mes yeux comme mission première de porter d’autres civilisations possibles, et pas un décalque assez faible ce que que notre XIXe siècle a de pire. Bref, c’est steampunk.

  4. j’aime beaucoup cette série dont j’ai déjà lu les 4 premiers tomes… et ça va en s’améliorant en plus !!! Les personnages évoluent, dragons y compris et c’est vraiment de plus en chouette !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s