Grignotage n°188: Emma, Jane Austen

Orpheline de mère, seule auprès d’un père en mauvaise santé, Emma Woodhouse, désormais la maîtresse de maison, s’est mis en tête de marier Harriet Smith, une jeune fille qu’elle a recueillie chez elle. Ce faisant, ne s’est-elle pas attribué un rôle qui n’est pas (ou pas encore) pour elle ? Son inexpérience des coeurs et des êtres, ses propres émotions amoureuses, qu’elle ne sait guère interpréter ou traduire, lui vaudront bien des déconvenues et des découvertes.

Emma Woodhouse est un personnage plutôt ambivalent. Son imagination très vive et une certaine prétention la mèneront à de nombreuses erreurs de jugement, dont souffrira surtout son amie Harriet. Cependant, j’ai éprouvé de la sympathie pour cette héroïne dont les actions découlent surtout de ses bonnes intentions, et de son envie de faire le bonheur de ses proches. Ses erreurs et ses incompréhensions sont très souvent dues aux comportements, manoeuvres et mensonges d’autres personnes, qui elles-mêmes n’ont pas forcément tous de mauvaises intentions, d’où l’intérêt de ce roman, où les personnages sont tous assez fouillés.

Malgré un début un peu long (l’auteure prend vraiment le temps de présenter Emma et sa famille, avant de faire entrer en scène d’autres personnages qui viendront modifier le cours de l’intrigue), on suit avec plaisir la progression de la jeune fille.

Cette relecture a été très intéressante, car elle m’a permis, en connaissant déjà le fin mot de l’histoire, de repérer tous les indices laissés par l’auteure pour montrer les erreurs faites par Emma, trop souvent emportée par son imagination, et ce qu’elle croit savoir ou deviner des personnes qu’elle côtoie.

Le tout est évidemment servi par l’écriture travaillée mais très accessible de Jane Austen, pleine d’une ironie qui pousse le lecteur à rire des malheurs (relatifs) d’Emma. De plus, l’auteure, à travers son personnage, insiste sur les distinctions nombreuses et parfois très subtiles entre les différentes classes sociales de l’époque. Si parfois ces considérations peuvent paraître très pointilleuses et un rien ennuyeuses pour le lecteur contemporain, elles montrent également à quel point, à cette époque, le mariage dépendait davantage des revenus et du statut social de chacun, que des sentiments.

Si je devais donner une note: 8/10

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Classiques au Coin du Feu.

Publicités

4 réponses à “Grignotage n°188: Emma, Jane Austen

  1. Un roman que j’ai beaucoup apprécié, j’ai trouvée Emma tour à tour attachante et agacante, mais j’ai surtout apprecié le personnage de Mr Knightley ❤ !!
    Très bien écrit, ce roman est un véritable délice !

  2. Andrea Kolinsky

    Je ne l’ai jamais lu ! Ca donne envie de le lire !

  3. Excellente critique! Tu dépeins très bien Emma et les convenances de l’époque.

  4. J’ai essayée de le lire mais j’ai pas accroché, comme tu dis le début est vraiment lent .
    Cependant vu que tu as quand même l’air de bien aimer, je vais peut être retenter 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s