Archives quotidiennes : 17/01/2012

Grignotage n°179: Bubble Gum, Lolita Pille

Couverture Bubble Gum« De nos jours, Cendrillon s’ennuie à servir des pastis dans un bistro de province. Le bal dont elle rêve, c’est celui des photos de mode, du cinéma et de la presse people. Ce rêve, Manon va s’efforcer de le réaliser. Elle est jolie, et il ne lui faut qu’un peu d’audace et une robe empruntée pour se glisser dans les soirées parisiennes de la jet set, où elle rencontre Derek, un milliardaire désabusé qui grille sa vie entre la drogue, l’alcool et les orgies. C’est cet homme qui va lui tendre un piège terrible, l’amener au bord de la déchéance et de la folie… « 

Suite à ma lecture de Hell, j’avais envie de mieux connaître cette auteure dont le style d’écriture m’avait marquée. J’ai reçu Bubble Gum à l’occasion d’un swap, merci Boubou!

J’ai apprécié l’écriture originale, très vive, parfois brusque et le ton très corrosif de Lolita Pille.  Mais si certains passages sont soignés et plaisants à lire, d’autres sont franchement vulgaires, sans que cela soit vraiment justifié.

La majeure partie du livre nous raconte avec minutie la descente aux enfers psychologique de Manon, tandis qu’elle devient célèbre et adulée. Le plan de Derek va la rendre droguée, anorexique, à moitié folle. Comme elle, on se perd dans un tourbillon de paillettes, de noms de célébrités assortis de quelques références culturelles, et surtout de nombreuses marques de produits de beauté, de haute-couture et de cachets coupe-faim et antidépresseurs divers et variés.

Il m’a pourtant été impossible de plaindre Manon, qui tombe dans ce piège à cause de son manque de lucidité et son ego surdimensionné, et qui reste insupportable, égoïste, prétentieuse, du début à la fin.  Derek, lui, est orgueilleux, méprisant, imbus de lui même et du pouvoir que lui donne son argent, et s’il est assez intéressant au début du roman, il perd par la suite en consistance. D’ailleurs, les jérémiades de ces deux personnages m’a profondément agacée, de par leur redondance, au point que j’ai lu une partie du livre en diagonale, en priant presque pour que l’un d’eux meure en cours de route.

Les dernières pages, plus sombres, moins superficielles que les précédentes, sont finalement les plus intéressantes, car les personnages semblent enfin évoluer un peu. Cependant,  j’ai trouvé le dénouement, qui se veut certainement surprenant et spectaculaire,  vraiment tiré par les cheveux, mais néanmoins intéressant. Dommage qu’il intervienne avec cinquante pages de retard!

Si je devais donner une note: 4,5/10

Publicités