Grignotage n°173: Les petites filles modèles, Comtesse de Ségur

« Camille et Madeleine, les deux soeurs, s’entendent à merveille, partagent les mêmes jeux, les mêmes émotions. Camille, l’aînée, est vive, espiègle, hardie; Madeleine est plus réservée, sensible, solitaire. Promenades en calèche, sauvetage d’un rouge-gorge tombé du nid, indigestions de cassis, disputes et réconciliations, fêtes et parties de campagne… Avec leurs amies Marguerite et Sophie, les petites filles modèles vivent au jour le jour les grandes joies et les petites catastrophes de l’enfance. »

En lisant en une seule soirée Les Petites Filles Modèles et les Malheurs de Sophie (pour le LC du 9), je m’attendais à faire une indigestion, non pas de cassis, mais de mièvrerie et de bons sentiments. Pourtant, à mon grand étonnement, je n’ai pas tant détesté que ça, et au contraire, j’ai trouvé cette découverte  plutôt sympathique!

On suit les aventures de Madeleine, Camille, et de leurs protégées, Marguerite et Sophie, sur une période d’un ou deux ans, des élipses nous permettant de suivre l’évolution des petites filles, et surtout le changement de caractère de Marguerite et Sophie, qui ont un peu de mal à suivre l’exemple des deux aînées, et se chamaillent beaucoup.

Malgré une certaine redondance dans les leçons de morale données aux enfants (mais comme c’est le but premier du livre, j’étais prévenue dès le départ!), les situations rencontrées par les petites filles modèles sont assez différentes les unes des autres. Le mélange de petits gestes du quotidien et de « grandes aventures » (notamment quand Sophie et Marguerite se perdent dans la forêt) induit une certaine variété, et on peut lire Les Petites Filles Modèles d’une traite ou presque sans se lasser. 

Je me suis de fait beaucoup attachée à ces personnages qui ont tous leurs défauts, mais aussi des qualités qui les rendent très sympathiques. De même, on déteste assez facilement les « méchants » de l’histoire, à commencer par Mme Fichini, la belle-mère de Sophie, à la fois cruelle et ridicule.

Ce livre est aussi très intéressant d’un point de vue historique, puisqu’il donne beaucoup de renseignements sur la façon de vivre, et d’élever des enfants, durant le Second Empire. On rencontre, évidemment, des personnages ayant un statut social élevé (les mamans des petites filles et leurs amies), mais aussi les habitants des villages alentours,  paysans, artisans…

Le style de la Comtesse de Ségur est à la fois élégant (j’étais étonnée au début par le niveau des dialogues entre des petites filles de six ou sept ans!) et simple, tout à fait abordable pour des enfants, sans être forcément ennuyeux pour des adultes.

Au final, Les petites filles modèles est un petit livre au charme forcément désuet, mais bien présent, et je me suis surprise à suivre avec beaucoup d’intérêt le quotidien, les joies et les peines de ces petites filles, et je pense bientôt lire Les Vacances pour connaître la suite de leurs aventures!

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Classiques au Coin du Feu.

Si je devais donner une note: 7,5/10

Les chroniques de mes co-lectrices: petit_speculoos, Ellcrys, Luna, Chouppye

Advertisements

9 réponses à “Grignotage n°173: Les petites filles modèles, Comtesse de Ségur

  1. Oh j’adore les Malheurs de Sophie, Les Petites Filles Modèles et Les Vacances, ils font partie des livres que j’ai le plus lu et relu quand j’étais petite ^^! Je ne sais pas ce que j’en penserais si je les relisais maintenant, mais je devrais le faire, ton avis m’a donné envie de m’y replonger!

  2. Pingback: “Les petites filles modèles” de la Comtesse de Ségur « Pages après pages

  3. C’est vrai que par moment c’était plein de bons sentiments mais ce fut une chouette lecture. Mais comme je le dis dans ma chronique, je suis contente que Sophie soit là pour pimenter l’histoire !

  4. C’est vrai que la mixité des personnages est impressionnante !
    Contente qu’il t’ai plu 🙂

  5. Ça fait longtemps que je voulais découvrir la Comtesse de Ségur avec Les malheurs de Sophie, j’ajoute celui-là à la liste ^^ Tu me conseilles de commencer par lequel ? 🙂

  6. Chronologiquement Les Malheurs de Sophie se passent avant^^

  7. Oh la Comtesse !!!!! 😀

  8. Comme Minidou, ce livre est un de ceux que j’ai le plus lu et relu quand j’étais petite. Mais je crois savoir ce que je penserais de cet ouvrage si je m’y replongeais aujourd’hui : je n’aurais pas le courage de le finir tellement le côté moralisateur me lasserait ! Mais d’un autre côté, je pourrais être tenue par la nostalgie mais aussi par des éléments que je n’aurais pas remarqué étant trop jeune pour les voir. A voir 🙂

  9. Toute mon enfance ! Je ne sais pas si aujourd’hui je supporterais le côté moralisateur du récit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s