Grignotage n° 168: Le cycle des démons, T1, L’Homme Rune, Peter V. Brett

Couverture Le Cycle des démons, tome 1 : L'Homme rune« Parfois, il existe de très bonnes raisons d’avoir peur du noir…
Arlen a onze ans et vit avec ses parents dans leur petite ferme. Lorsque la nuit tombe sur le monde d’Arlen, une brume étrange s’élève du sol ; une brume qui promet la mort aux idiots qui osent affronter les ténèbres, car des démons affamés émergent de ces vapeurs pour se nourrir des vivants. Quand le soleil se couche, les gens n’ont pas d’autre choix que de s’abriter derrière des protections magiques et de prier que leurs défenses tiennent jusqu’à ce que les créatures disparaissent aux premières lueurs de l’aube. Lorsque la vie d’Arlen est détruite par le fléau des démons, il s’aperçoit que c’est la peur, plus que les créatures, qui, en réalité, paralyse l’humanité. Persuadé que son monde ne se résume pas à ça, il risquera sa vie pour quitter la sécurité des runes et découvrir une autre voie. »

Malgré son épaisseur, ce livre se lit assez rapidement, une fois qu’on a passé les premiers chapitres, qui paraissent un peu longs (après un coup d’oeil à la table des matières, je me rends compte que le 2ème chapitre fait 50 pages, ceci expliquant cela!).

Dès le début du roman, l’histoire est centrée autour de l’évolution d’Arlen, qui passera peu à peu du statut de gamin un peu trop aventureux à celui de l’Homme Rune, personnage presque légendaire et invincible. J’ai d’ailleurs trouvé que l’auteur manquait peut-être de subtilité à ce niveau. L’Homme-Rune m’a un peu rappelé certains superhéros de comics, super-forts, super-puissants, et sans peur. Mais il n’intervient vraiment que dans la dernière partie du livre et le parcours d’Arlen, même si très proche d’autres voyages initiatiques déjà vus en fantasy, est très intéressant à suivre, d’autant que l’auteur sait très bien décrire les ambiances des différentes villes et villages traversés, avec des personnages nombreux et  réalistes. Des personnages secondaires assez complexes, comme Leesha et Rojer, sont également là pour désamorcer le côté un peu « too much » de l’Homme Rune.

Le thème central du roman, à savoir, des démons qui apparaissent dès la nuit tombée et dont on ne peut se protéger qu’avec des runes magiques, est très bien exploité, et donne lieu à des développements très intéressants. Cependant, j’ai trouvé qu’on passait très rapidement sur certains passages pourtant cruciaux de l’intrigue, notamment la découverte d’un certain objet central dans l’histoire, mais qui est bouclée en dix pages. De même, le dernier paragraphe du livre, censé donner envie de lire la suite en laissant entrevoir une suite intéressante m’a un peu déçue, car je l’ai trouvé bâclé, comme si on l’avait rajouté à la hâte. D’ailleurs, à plusieurs reprises, j’ai trouvé que le style de Peter V.Brett, bien qu’agréable et assez fluide, comportait des tournures un peu maladroites, et avait en général un côté assez brouillon.

J’ai surtout beaucoup apprécié que l’auteur, en se concentrant sur des personnages différents, en profite pour exploiter des thèmes très divers. Bien sûr, le livre se centre sur Arlen luttant contre les démons, mais on retrouve aussi une interrogation sur la condition des femmes, notamment avec le personnage de Leesha, et on explore aussi la thématique du handicap et de l’art avec Rojer. Les voyages de ces personnages donnent aussi lieu à la description d’un monde assez vaste, et de coutumes et cultures très différentes, qu’on ne fait qu’entrevoir dans ce premier tome.

Au final, et malgré quelques défauts, que je retrouve après avoir fini le livre mais qui ne m’ont pas dérangée plus que ça pendant la lecture, l’Homme Rune est un bouquin très agréable à lire. Il ne s’agit pas pour moi d’une oeuvre de fantasy exceptionnelle, mais d’un début de trilogie qui a tout pour être prometteur: un concept de base assez original et bien exploité, des personnages intéressants, une narration qui sait entretenir l’intérêt du lecteur, et des possibilités de développements multiples qui donnent envie de lire la suite!

Merci aux éditions Milady et Livraddict pour ce partenariat!

Si je devais donner une note: 7,5/10

Advertisements

2 réponses à “Grignotage n° 168: Le cycle des démons, T1, L’Homme Rune, Peter V. Brett

  1. J’ai moi aussi passé un plutôt bon moment avec ce livre qui est vraiment prenant. Content qu’il t’ait plu.

  2. Tiens, j’ai oublié de parler du fait que l’auteur aborde la conditions des femmes et le handicap dans ma chronique. Faut dire que j’étais pas très inspirée. ^^
    Je pense quand même lire la suite, l’histoire étant maintenant bien mis en place.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s