Archives quotidiennes : 14/11/2011

Grignotage n°152: Marina, Carlos Ruiz Zafon

Couverture MarinaDans la Barcelone des années 1980, Oscar, quinze ans, a l’habitude de fuir le pensionnat où il est interne. Au cours de l’une de ses escapades, il fait la connaissance de Marina. Fascinée par l’énigme d’une tombe anonyme, Marina entraîne son jeune compagnon dans un cimetière oublié de tous. Qui est la femme venant s’y recueillir ? Et que signifie le papillon noir qui surplombe la pierre tombale ? S’égarant dans les entrailles d’une terrifiante cité souterraine, s’enfonçant dans les coulisses d’un inquiétant théâtre désaffecté, Oscar et Marina réveillent les protagonistes d’une tragédie vieille de plusieurs décennies.

En nous faisant visiter une Barcelone mystérieuse et mélancolique, Carlos Ruiz Zafon en profite pour réveiller le mythe de Frankenstein (de façon assez évidente puisqu’un des personnage-clés s’appelle Maria Shelley).

Deux intrigues se nouent autour du personnage d’Oscar: une enquête inquiétante qui mettra son courage à l’épreuve, et sa relation avec Marina. Le lien entre les deux histoires  est parfois un peu distendu, et même si le récit est intéressant, et le style d’écriture pas désagréable, je n’ai pas été transportée. 

Peut-être est-ce du à la traduction, mais même si je n’ai pas trouvé l’écriture à proprement parler « pauvre », j’ai eu l’impression que l’auteur refusait la difficulté et restait dans un registre très classique. Résultat, le roman manque d’une certaine puissance stylistique dans les moments les plus angoissants ou les plus tendus.

J’ai suivi l’histoire, parfois trépidante, avec plaisir, mais sans beaucoup d’émotions (sauf à la fin qu’on voit venir de très loin mais qui est tristounette quand même!). Je me suis attachée au personage d’Oscar, un adolescent somme toute assez classique mais dont on suit les états d’âme avec intérêt.

J’ai par contre  beaucoup aimé l’atmosphère générale du roman, et surtout l’ambiance un peu désuète qui règne chez Marina et son père, un personnage très intéressant lui aussi!

Merci à Mélo de m’avoir prêté ce livre, qui peut reprendre son voyage!

Si je devais donner une note: 7/10