Grignotage n°138: L’Entreprise des Indes, Erik Orsenna

Couverture L'Entreprise des IndesBon, d’accord, j’avoue que j’ai entamé ce livre avec toute une série d’a-priori, principalement dus au « de l’Académie française » qui suit le nom de l’auteur sur la couverture du livre. « C’est écrit par un académicien donc le style va être pompeux et désuet, le sujet sera principalement l’occasion de digressions philosophico-érudites, je ne vais rien y comprendre, ou si par chance j’y comprends quelque chose je vais m’ennuyer, et Orsenna rejoindra la liste (heureusement pas trop longue), des auteurs que je ne lirai que sous la menace d’une privation simultanée de thé et de chocolat! »

Il aura fallu une pénurie de lecture juste avant un voyage en train pour me décider à me précipiter vers les maigres étagères de la maison de la presse la plus proche, et à attraper ce livre, entre Da Vinci Code (je-l’ai-déjà-lu-et-me-suis-ennuyée) et le premier tome de Millenium (j’aime-pas-les-thrillers-même-si-j’ai-conscience-que-je-perds-sûrement-quelquechose).

Ce n’est certainement pas la première fois qu’un auteur décide de prendre la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb comme sujet d’un de ses romans. En l’occurence, Erik Orsenna se penche surtout sur la genèse du premier voyage de Colomb, du point de vue de celui qui a toujours vécu dans l’ombre du navigateur, à savoir son frère Bartolomé.

L’écriture est simple, agréable, on retrouve durant le  récit des références à de nombreux textes et cartes, c’est érudit sans être ennuyeux. Tout le roman est sous-tendu par un certain amusement de l’auteur vis à vis de son intrigue et de ses personnages. On n’éclate pas de rire à chaque page, mais on se surprend souvent à sourire, mis à part sur la fin, où durant quelques pages le narrateur dénonce les violences subies par les indiens lors de l’arrivée des européens.

J’ai bien aimé ce récit, qui est aussi l’occasion pour le personnage principal de se raconter et de nous inviter à un voyage plein d’anecdotes dans la Lisbonne du  XVème siècle et surtout dans l’univers des marins et des cartographes.

Si je devais donner une note: 7/10

Publicités

3 réponses à “Grignotage n°138: L’Entreprise des Indes, Erik Orsenna

  1. Voilà un univers et une histoire qui me plaisaient bien. Mais j’ai abandonné parce que c’était bien trop lent pour moi !

  2. Je n’ai pas du tout accroché 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s