Grignotage n°124: Beloved, Toni Morrison

J’ai reçu ce livre dans le cadre du Swap « In English », de la part d’Anne-Marine, que je remercie une nouvelle fois pour les surprises contenues dans le colis!

Je m’attendais, en lisant la quatrième de couverture, à une histoire de fantôme, mais Beloved se présente également comme une chronique de l’esclavage aux Etats-Unis, à travers les souvenirs de différents personnages. Ceux-ci, en partageant leur point de vue,  apportent à chaque fois de nouvelles clés pour comprendre  les circonstances qui ont mené Sethe, une ancienne esclave en fuite, à tuer sa fille Beloved pour lui éviter de devenir esclave à son tour. Depuis, la maison de Sethe est hantée par le fantôme du bébé, jusqu’au jour où Sethe découvre une adolescente sortie de nulle part devant sa porte.

 Même si j’ai aimé certains passages, auxquels l’écriture de Toni Morrison donnait une dimension très poétique, la compréhension s’est avérée, la plupart du temps,  assez délicate. Le texte est écrit dans une langue elliptique, afin de retranscrire au mieux les pensées souvent précipitées et les réminiscences abruptes des personnages. Ceci ajouté aux changements, pas toujours immédiatement identifiables, de point de vue, et à la structure floue des chapitres, à rendu ma lecture très laborieuse.

Le thème de l’esclavage est abordé à travers une multitude de détails, souvent douloureux, issus de la mémoire des protagonistes. Certaines scènes sont racontées à plusieurs reprises, sous des points de vue différents, et il est intéressant d’essayer de les reconstituer à partir de ce que tel ou tel personnage sait ou ignore, à travers des flash-back et des récits volontairement déstructurés.

Mais à force d’essayer de comprendre l’intrigue et de suivre le cheminement du roman, j’en suis restée totalement spectatrice et l’écriture très oralisée, si elle est plus réaliste, plus vivante, m’a étrangement laissé une impression de froideur. La courte troisième partie m’a semblé une conclusion un peu précipitée, mais c’est surement dû au fait que je l’ai lue en diagonale. J’ai par contre énormément aimé le dernier chapitre, qui m’a permis de rester sur une impression plutôt positive même si le roman en lui-même, s’il traite de façon intéressante d’un thème non moins intéressant, n’est pas parvenu à m’interpeller.

Si je devais donner une note: 6/10

Publicités

3 réponses à “Grignotage n°124: Beloved, Toni Morrison

  1. Toni Morrison est une auteure très complexe. Son écriture est puissante mais souvent à la limite de l’indigeste. Mais l’impact que ces textes est fort et marque les esprits.

    • Justement, sachant cela je m’attendais à ce que ça me marque… plus que ça… mais j’ai peut-être pas su être réceptive non plus 🙂 Il faudra que je retente à un autre moment^^

  2. Coucou !
    Moi j’ai étudié ce livre à la fac… Et ayant vu aussi le film, j’ai mieux compris le livre =) Il est vrai que sans explication et sans lire aucune critique, ni autre sur ce livre, le sujet est un peu difficile à cerner…
    Mais du coup j’ai bien aimé ! =)
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s