Grignotage n° 123: Artemis Fowl, T3, Code Eternité, Eoin Colfer

Grâce à la technologie des fées, Artemis a inventé le Cube C, qui va lui permettre d’amasser une fortune colossale.  Malheureusement, lorsqu’il rencontre l’homme d’affaires Jon Spiro pour lui proposer un marché, celui-ci se révèle bien plus dangereux que prévu! Pour récupérer le Cube C et éviter que Spiro ne découvre l’existence des fées, Artemis devra mettre en oeuvre l’un de ses stratagèmes les plus ambitieux… et demander l’aide des FAR, quitte à en payer le prix.

Artemis le petit génie s’est encore mis dans une situation délicate, et pour une fois, Butler n’est pas en mesure de l’aider. C’est l’occasion de faire réapparaître un autre membre de la famille, sa soeur Juliet, présente dans le premier tome mais plutôt absente dans le deuxième, et que je trouve très attachante, parce que son entousiasme et son optimisme apportent un peu de légèreté à la froideur d’Artemis. On retrouve également les personnages incontournables des autres tomes (Foaly, Root, Holly, Mulch… j’aime Mulch!), et encore une fois, une intrigue qui tourne autour d’un des plans tordus d’Artemis.

Le fait que le grand méchant soit un génie (décidément, Artemis n’arrête pas d’en croiser!) rend évidemment les choses encore plus compliquées… et d’autant plus passionnantes pour le lecteur, puisqu’il est intéressant de voir le personnage principal, d’ordinaire si sûr de lui, douter et se remettre en question.

Malgré les circonstances assez dramatiques de l’intrigue, le style de Colfer reste égal à lui-même, vivant et plein d’humour, grâce à des descriptions très drôles et aux réparties des personnages qui n’en finissent pas de fuser.

La fin, même s’il ne s’agit pas vraiment d’un cliffhanger, donne envie de connaître la suite et présage d’autres aventures tout aussi palpitantes!

Si je devais donner une note: 9,5/10

12ème livre lu (en VO!) dans le cadre du Challenge God Save the Livre!^^

Publicités

2 réponses à “Grignotage n° 123: Artemis Fowl, T3, Code Eternité, Eoin Colfer

  1. My name is Artemis, and I hunted you. 😎

    C’est vrai que la fin donne envie, mais j’ai pas réussi à accrocher au suivant. Il faisait un peu pâle figure à côté de ce petit bijou… mais j’ai peut-être pas été assez loin. J’avais beaucoup aimé ce duel de plans tordus entre barons du crime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s