Grignotage n°107: Nobles Morts, T1, Dhampir, Barb et J.C Hendee

Couverture Nobles Morts, tome 1 : DhampirSes prix sont exorbitants, mais elle mérite chaque pièce qui lui est versée. A moins que…? Magirie a acquis la réputation d’être la tueuse de vampires la plus redoutable du pays. Partout, les villageois l’accueillent avec un sentiment mêlé de respect et de mépris, reconnaissants qu’elle débarrasse leurs villes des morts-vivants qui les menacent, mais en ressortant plus pauvres qu’avant son sauvetage. La jeune femme a toujours su qu’elle avait affaire à des gens simples dont le seul désir était de faire taire leurs superstitions, et elle ne voyait aucun mal à profiter d’eux. Lassée de ce petit jeu, Magirie est aujourd’hui prête à déposer les armes et à s’installer avec Lihsil, son partenaire demi-elfe, dans un endroit qu’ils pourront enfin considérer comme leur foyer. Pourtant, leur nouvelle tranquillité ne durera pas. En effet, Magirie a attiré l’attention d’un trio de puissants et dangereux vampires qui ont reconnu sa véritable identité… et qui redoutent l’héritage qui coule dans ses veines. Ils feront tout pour empêcher la destinée de Magirie de se réaliser.

J’ai lu ce livre à l’occasion de la lecture commune organisée par Bambi_slaughter.

Dhampir pourrait au premier abord passer pour de la bit-lit, à cause de son héroine, qui se découvre des capacités extraordinaires et chasse les vampires. Néanmoins, ce roman évite les écueils d’un scénario trop classique, et se dirige plutôt du côté de la fantasy, même si le monde médiéval dans lequel se déroule l’histoire n’est pas décrit avec précision (un de mes regrets pour cette lecture, l’absence de carte m’a un peu destabilisée), même s’il s’apparente par certains côtés à des régions reculées comme la Transylvanie.

J’ai beaucoup aimé le fait qu’au début du roman, la chasseuse de vampires elle-même ne croit pas aux morts-vivants, et découvre au fur et à mesure leur existence. De plus, beaucoup de scènes sont également écrites du point de vue des vampires, qui sont des personnages complexes auxquels on peut s’attacher. Vampires et Dhampir se livrent une guerre dont ils ne connaissent pas tous les tenants et les aboutissants, ce qui ouvre des perspectives intéressantes quant à l’intrigue dans les prochains tomes.

On s’attache également à l’héroine, Magirie (Magiere en anglais) et à ses compagnons Lishil (Leesil) et Chap. J’ai bien aimé le fait que la rencontre entre les personnages ait eu lieu avant le début du livre, ce qui évite un plantage de décor trop pesant.

Malgré quelques répétitions dans les situations et quelques longueurs à la fin, l’intrigue est prenante et on devine une certaine complexité, qui sera surement développée dans les tomes suivants.

Un très bon début et une certaine originalité pour cette série dont je ne demande qu’à lire la suite !

Si je devais donner une note : 9/10

Publicités

12 réponses à “Grignotage n°107: Nobles Morts, T1, Dhampir, Barb et J.C Hendee

  1. La couverture me donne bien envie de découvrir ce livre. Il me tente beaucoup 🙂

  2. « l’absence de carte m’a un peu destabilisée » wow, c’est là qu’on réalise que les codes d’un genre c’est sacré ^^ (mais personnellement, j’aime pas les cartes).

    Pas trop mon genre, mais intéressant : j’aime bien les arnaqueurs qui se font dépasser par le surnaturel de leurs aventures (je t’ai déjà vanté les mérites de la Cité des étoiles d’automne de Moorcock ? ça frôle la Dark Fantasy mais il sort du lot en commençant par planter un décor très réaliste). Contente d’avoir des nouvelles de tes lectures, en tout cas 🙂

    • Plus qu’un code, la carte aurait surtout été une aide précieuse pour comprendre où se situait quoi^^ Car les lieux étant très peu décrits, j’ai trouvé que le démarrage du roman était un peu abrupt sans une petite aide pour s’y retrouver :p Tu m’as déjà parlé de Moorcock, je le note, ça a l’air intéressant :p Je me remets petit à petit à rédiger mes chroniques en retard, mais le manque de temps m’oblige à les raccourcir :p Merci de continuer à me suivre, à bientôt 🙂

  3. Ça fait un petit moment que je pensais me lancer dans ce cycle, mais j’ai toujours eu peur de tomber sur de la bit-lit qui n’est pas mon genre. Après ton avis je vais donc peut être me laisser tenter.

  4. Coucou Marmotte,
    Hélas je suis restée imperméable à ce roman, dommage.

  5. J’ai moins apprécié ce tome 1 que toi, j’ai trouvé trop de longueur pour ça et l’intrigue ne m’a pas vraiment passionné mais la suite s’annonce mieux avec la fin enfin j’espère.

  6. Contente que cette LC t’ait permis de faire une bonne découverte. Mais non non, le résumé de ce livre n’annonce en rien qu’il s’agisse de la bit-lit. Pourquoi ? Parce qu’on nous parle de villageois et de village et que la bit-lit s’inscrit dans un cadre urbain et contemporain.
    C’était la minute culturelle.
    Bonne soirée ! 🙂

  7. Une très bonne surprise pour moi également (j’étais aussi persuadée que c’était de la bit-lit au départ ^^). Ce sont surtout les personnages qui m’ont plu (et plus particulièrement le trio Magirie/Lihsil/Chap).
    Vivement la sortie du tome 2 !! 😀

  8. L’absence de carte OU de descriptions sur le « pays », ou « territoire » m’a, comme toi, un peu dérangée dans les premières pages !
    Sinon, en règle générale, je suis moins emballée que toi ! (plutôt un 6 sur 10, pour moi^^)

  9. J’ai bien aimé aussi ce livre, mais bizarrement je me suis plus attachée aux personnages masculins qu’a Magirie.

  10. Chronique très tentante: ça donne envie de lire le livre. Comme la plupart de tes chroniques.

    L’escroc qui se fait rattraper par son mensonge… thème éternel mais toujours amusant.
    Personnellement, l’absence de carte ne me dérangerait pas: quand j’entame un rcit, je déteste en « sortir » pour consulter d’autres documents. Si bien que quand une carte est proposée, j’y jette un oeil rapidement avant de commencer le récit et de l’oublier.

    Pour Moorcock, j’avais commencé son cycle « le Guerrier de Mars ». Si le style était assez prenant au début, il m’a vite lassé: je sentais trop que le livre avait été écrit sur commande. J’y ai trouvé un manque de « profondeur », de « recherche », l’impression d’un roman écrit à la va-vite.

    • C’est un défaut de Moorcock : il est très inconstant d’un livre à l’autre… je peux pas dire pour le Guerrier de Mars (ne l’ayant pas lu), mais sur ce que je connais de lui je confirme qu’il y a de petits bijoux (An Alien Heat <3) comme des navets finis (le grand n'importe quoi de l'Epée noire, qui ne vaut le détour que pour sa concentration exceptionnelle de clichés de films de série B à Z). A moins d’être vraiment fan du genre et de prendre plaisir même à ses productions « moyennes » (c’est mon cas), il vaut mieux se montrer prudent et se renseigner sur la marchandise avant d’acheter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s