Grignotage n°72: Le comte de Monte Cristo, T1, Alexandre Dumas

Je viens (enfin !^^) d’arriver au bout du premier tome du Comte de Monte-Cristo ! Après avoir adoré La Reine Margot, j’avais vraiment hâte de découvrir un autre roman de Dumas.

Au début du règne de Louis XVIII, Edmond Dantès, marin, second du navire Le Pharaon est accusé à tort de bonapartisme et enfermé dans une geôle du château d’If, sur l’île du même nom, au large de Marseille. Après quatorze années, il réussit à s’échapper et s’empare du trésor de l’île de Monte-Cristo, dont l’emplacement lui a été révélé par un compagnon de captivité, l’abbé Faria. Devenu riche et puissant, il entreprend, sous le nom de « comte de Monte-Cristo », de se venger de ceux qui l’ont accusé ou ont bénéficié directement de son incarcération pour s’élever dans la société.

Alors que la première partie de ce tome m’avait plu sans pour autant me transporter (mis à part certains passages comme l’évasion de Dantès  ou l’épisode romain),  j’ai dévoré la seconde, lorsque Monte-Cristo arrive à Paris, et entre peu à peu dans le cercle des personnes qui l’ont envoyé en prison.

Edmond Dantès, jeune, naïf, parfaitement heureux, n’aurait pas été un personnage très intéressant au-delà d’une centaine de pages. Sa transformation progressive en Comte de Monte-Cristo le rend presque fascinant. Dumas en fait en effet un personnage polyglotte, très savant, ayant beaucoup voyagé et capable d’une maîtrise totale de ses émotions et de son environnement. Cette métamorphose a peut-être (surement !) un côté « too much », mais c’est aussi ce qui fait le charme du récit, et j’ai eu par moment l’impression que l’emprisonnement de Dantès n’était en fait qu’un prétexte pour pouvoir écrire sur un tel personnage richissime et presque omnipotent. La galerie des personnages est large, certains sont clairement détestables, mais la plupart sont plus ambigus, et il est difficile de deviner les sentiments et les intentions du comte à leur sujet.

Le roman est long, et certaines situations s’installent lentement, ce qui peut être assez frustrant.  Certaines transitions manquent, j’ai parfois eu du mal à me souvenir de qui était qui, et de où se déroulait l’action.  De plus, certaines inégalités au niveau du style peuvent déconcerter le lecteur. Mais malgré ces quelques défauts,  que l’histoire reste passionnante, et je vais certainement bientôt entamer le tome 2, car j’ai hâte d’assister au dénouement de cette vengeance soigneusement préparée !

Si je devais donner une note : 7,5/10

Advertisements

3 réponses à “Grignotage n°72: Le comte de Monte Cristo, T1, Alexandre Dumas

  1. Je l’ai lu quand j’´étais au lycée. Il serait intéressant de le relire pour voir si j’aimerai toujours
    Bonne lecture !

  2. je l’ai lu il y a longtemps, et même relu plusieurs fois, j’adore !!! bonne lecture de la suite !

  3. Merci à tout(e?)s les deux :p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s