Grignotage n°71: Soie, Alessandro Baricco

Ma première critique sur les bouquins achetés à la Bourse aux Livres de Bruxelles (j’ai d’ailleurs passé une très bonne après-midi, merci Shad pour m’avoir accompagnée pendant que je mettais à mal mes finances 😉 ).

La quatrième de couverture qui a su me décider à acheter ce livre: Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains.
Entre les monts du Vivarais et le Japon, c’est le choc de deux mondes, une histoire d’amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d’une voix, la sacralisation d’un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.

Alessandro Baricco dresse en quelques dizaines de pages le portrait d’un homme qui, en découvrant le Japon et surtout un amour impossible dont le souvenir ne le quittera pas, revient chez lui transformé. C’est aussi l’histoire d’une ville dont l’industrie principale est la fabrication de la soie, et qui dépend du succès des voyages du héros pour subsister.

J’ai été conquise par la sobriété et la poésie de l’écriture. Les chapitres sont courts et le livre se lit très vite (à peine 150 pages!), trop vite parfois, et il mériterait une deuxième lecture pour pouvoir en découvrir toutes les subtilités. Certains passages sont répétés à plusieurs reprises, comme dans un conte, sans que cela n’alourdisse le roman. Au contraire, cela lui donne un certain rythme en contraste avec le côté assez évaporé de la narration.

J’ai regretté que certains passages, certaines situations ne soient qu’effleurés, et la brièveté de ce roman est son principal défaut, car l’évocation du choc culturel entre français et japonais est à peine esquissé, de même que certains événements déterminants de la vie du personnage principal.

Je frôle le coup de coeur avec cette très jolie découverte!

Si je devais donner une note: 9/10

Publicités

4 réponses à “Grignotage n°71: Soie, Alessandro Baricco

  1. Tu vas vite ^^ contente que tu ais au moins un choix que tu ne regretteras jamais parmi nos coups de cœur. Faibles que nous sommes !

    Pour ma part j’ai commencé Qui veut la peau de Marc Lévy ?, il y a quelques passages assez amusants à vérifier sur la longueur. Je ne résiste pas à l’envie de te faire partager cette phrase au moins : « Agnès était athée (mais pas tâtée hélas) ; sa religion était de papier, son dieu s’appelait Gütenberg, cet homme de caractères, et ses archanges : Rabelais l’égrillard, Cervantès, sans son Sancho, Voltaire l’humanitaire, Hugo le misérable, Apollinaire, qu’elle avait relu onze mille fois, autant de belles figures, de belles icônes qui meublaient ses nuits solitaires. »

    Bonne(s) lecture(s) Marmotte 🙂

  2. … J’aime beaucoup :p
    Effectivement j’étais contente de mon achat, j’espère que ta lecture tiendra ses promesses! A bientôt Shad 🙂

  3. Je viens de lire ce roman. Fait amusant: au détour d’un chapitre, j’ai découvert que j’avais déjà lu un extrait de ce roman, dans un de mes manuels de français, voici bien des années, et que déjà à l’époque cet extrait m’avait laissé une impression singulière.

    Quant au roman dans son entier, il m’a semblé assez étrange, parfois peu vraisemblable (notamment l’épisode de « l’évasion » des oiseaux et de leur retour dans la volière) voire dérangeant par certains aspects. Comme tu le dis, une narration « évaporée », un roman trop court, qui aurait mérité un développement plus important. Et peut-être plus d’explications sur l’histoire de Baldabiou.

    Ce roman garde comme un goût d’inachevé…

    • J’avais bien aimé le côté poétique de certains passages (notamment celui des oiseaux), justement car ils donnent à ce roman certains attributs des contes… après, certaines passages sont crus, mais je n’en ai pas trouvé de vraiment dérangeants… Mais ma lecture date un peu, je ne me souviens plus précisément :p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s