Grignotage n°38: Tara Duncan, T8, L’impératrice maléfique, Sophie Audouin-Mamikonian

J’ai été fan de Tara Duncan dès que j’ai lu le premier tome lors de sa sortie. L’humour inhérent à ce roman jeunesse, le rythme des péripéties, les personnages, parvenaient à me faire oublier les quelques défauts d’écriture dont souffre ce livre. J’ai donc attendu le huitième tome, l’Impératrice Maléfique, avec impatience, malgré le léger essoufflement que je percevais depuis le tome 6
.
A la suite de l’invasion fantôme qu’elle a déclenché en cherchant à faire revenir son père d’Outre-Monde, Tara est exilée sur Terre, et sa mission consiste à arrêter des Semsanachs. Pourtant, lorsqu’elle apprendre que l’anneau du Kraetovir a pris le pouvoir sur sa tante Lisbeth, elle décide de redresser la situation, et part pour Autre Monde de façon clandestine, obligée de faire alliance avec Magister pour traverser les Limbes Démoniaques.

Ce huitième tome a été une grosse déception. J’ai trouvé que l’écriture, qui n’avait déjà rien de merveilleux, se relâchait. Ce n’est pas parc qu’on écrit des romans jeunesses qu’on doit utiliser l’expression « faire genre » toutes les dix pages, et remplacer le mot adolescent par « ados », que ce soit dans la narration ou dans les propos des personnages. A mon humble avis. De plus, les situations tendent de plus en plus à passer de la drôlerie au ridicule, notamment la scène devant le Juge, dans les Limbes.

L’intrigue se distend au début du deuxième tiers du roman, et après un début endiablé, le passage dans les Limbes (qui ne rapporte au final pas grand-chose à l’histoire de mon point de vue, à part de voir Tara bavouiller allègrement sur les pectoraux d’Archange) devient interminable, et la fin est bâclée. L’auteure semble également avoir décidé de déchaîner tout son sadisme sur la pauvre Tara, qui n’en finit pas de souffrir. Et lorsqu’elle ne souffre pas, elle hésite entre Robin, Archange, et Sylver, ce que je n’ai pas trouvé beaucoup plus intéressant (peut-être à cause de ma … très légère… partialité envers Robin…). Bref, je me suis ennuyée.

Quelques situations m’ont fait rire, mais je ne retrouve plus le côté franchement hilarant des premiers tomes. En se dotant d’une intrigue plus sombre, cette série perd beaucoup de la fraîcheur qui m’avait conquise au début.

Si je devais donner une note : 5/10
Publicités

2 réponses à “Grignotage n°38: Tara Duncan, T8, L’impératrice maléfique, Sophie Audouin-Mamikonian

  1. Je suis également fan de Tara Duncan. Et j'ai moi aussi senti un relâchement dans les derniers tomes. Cependant, j'avais trouvé une réelle amélioration dans le tome 7 et j'espérais que cela se poursuive dans le tome 8. En même temps, le côté un peu plus sombre des aventures de Tara me plait assez 😉

  2. Je n'ai rien contre le fait que l'intrigue devienne un peu plus sérieuse, mais je trouve que la qualité de l'écriture, qui n'est déjà pas transcendante, en souffre beaucoup, et que l'auteur a du mal à se renouveler… j'espère que le tome 9 sera mieux :p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s