Grignotage n°35: Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway

J’appréhendais un peu la lecture de ce classique (pour la mauvaise raison, justement, que c’est un classique), mais finalement, j’ai passé un très bon moment, et je le conseille vraiment!
Le vieux est pauvre et seul, mis à part la compagnie d’un jeune garçon qui l’admire et prend soin de lui à sa façon. Cela fait plusieurs jours que le vieux n’a pas pêché un seul poisson. Lorsqu’enfin l’un d’eux vient mordre à l’appât, c’est un combat de plusieurs jours qui s’engage.
La force de ce court roman tient avant tout dans son personnage principal, dans le réalisme de sa description psychologique. Hemingway nous emmène également dans un monde à part, sur les quais inondés de soleil et de pauvreté de Cuba, et au milieu de l’océan, ami versatile du pêcheur.
L’histoire, pourtant simple, de ce pêcheur aux prises avec un animal, est l’occasion d’une réflexion sur sa vie passée et présente et sur différents thèmes, comme la vieillesse, la solitude, la dignité. On découvre la forte volonté et la grande sensibilité de cet homme qui a beaucoup et difficilement vécu, et qui livre un dernier combat contre un animal à qui il n’hésite pas à prêter une pensée propre. 
Les connaissances de l’auteur sur l’univers de la pêche et sur Cuba donnent à ce récit un réalisme qui ne l’empêche pas d’être touchant. Les descriptions sont détaillées, mais poétiques, et n’alourdissent absolument pas la trame du roman, qui au contraire, bénéficie d’une atmosphère très particulière. 
Autour d’une histoire simple  gravite une réflexion bien plus complexe, et j’ai été étonnée d’arriver si vite à la fin (très belle) de ce livre, qui mériterait une seconde lecture. J’ai découvert le style d’Hemingway grâce à ce livre, et je suis désormais très tentée par d’autres de ses oeuvres. 
Si je devais donner une note: 9/10
Publicités

2 réponses à “Grignotage n°35: Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway

  1. Hemingway…la légende veut qu'il ait été amateur de Bloody Mary et qu'il ait rendu célèbre le .505 Gibbs.Excellent auteur. La mélancolie un peu passéiste du "Vieil Homme et la mer" est d'une saveur toute particulière pour moi. J'ai eu l'occasion de lire également "Les neiges du kilimandjaro" (le recueil, pas seulement la nouvelle)très réussi également.

  2. Mélancolie passéiste… j'aime beaucoup l'expression, qui reflète bien ce que j'ai ressenti en lisant ce livre… Je retiens le titre du recueil de nouvelles, à l'occasion 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s