Grignotage n°23: La marque de Windfield, Ken Follett

Il s’agit encore une fois d’un livre que j’ai trouvé lors de la Braderie. J’avais déja lu deux autres livres de Ken Follett, et, si j’avais adoré les Pilliers de la Terre (qu’il faudrait que je relise avant de me lancer dans Un monde sans fin), Apocalypse sur commande ne m’avait pas paru excellent.
Voici le résumé de la Marque de Windfield trouvé sur Livraddict.
Le récit se déroule sur une vingtaine d’années, de 1866 à 1890. Dans un collège anglais très select, un drame survient en ce mois de mai 1866 : un jeune garçon, Peter Middleton, est retrouvé noyé dans un lac proche de l’école, pourtant interdit aux élèves. A partir de cet épisode, les destins de Edward Pilaster, fils d’un influent banquier londonien, de Micky Miranda, riche sud américain et de Hugh Pilaster, cousin pauvre d’Edward et brebis galeuse de la famille, seront inextricablement liés. La mort du jeune garçon est-elle un accident ou un meurtre ??? Ken Follett nous plonge dans la vie de ces trois jeunes gens, vie faite de passions, de traîtrises, de manipulations et… de meurtres (évidemment !!).
La Marque de Windfield fait partie de ces livres que j’ai plaisir à lire sur le moment, mais que je ne relirais pas par la suite, et dont le souvenir s’efface très vite. L’histoire est simple,  mais intéressante, de par la description qu’elle offre de l’Angleterre victorienne, sa hiérarchie stricte et sa domination sur une large partie du monde. Le lecteur suit Hugh de l’adolescence à l’âge adulte, et à travers lui, observe les aléas de la banque Pilaster et de la finance en général. J’ai apprécié le fait que tout ce qui touche à la finance soit expliqué de manière simple: les considérations techniques, bien qu’existantes, ne gênaient pas la lecture.
Celle-ci est peut être un peu trop facile. J’ai trouvé que le style, bien qu’agréable, était assez lisse, et manquait des « aspérités’ nécessaires pour retenir mon attention. Certaines questions, posées en fin de chapitre, comme par exemple « qu’allait-il advenir de lui? » ont tendance à tomber comme un cheveu dans la soupe, et à anéantir la tension qui s’était installée jusque là.
La Marque de Windfield est avant tout l’histoire des relations au sein de la famille Pilaster. Le lecteur suit les personnages durant près de 20 ans. Les femmes, comme Maisie, Rachel, ou Augusta, ont  un rôle important, et je les ai trouvées moins manichéennes que les hommes, plus travaillées, même s’il est tout de même facile, pour les deux sexes, de distinguer les « bons » des « méchants ».
Certaines redites gâchent un peu la lecture, mais si la tension n’est pas extrêmement forte, l’histoire reste intéressante, je me suis attachée aux personnages, et je voulais vraiment savoir la suite! Ken Follett explore la société anglaise sous toutes ses facettes et j’ai beaucoup apprécié l’effort de descriptions et les ambiances qui forment la toile de fond de l’histoire.
La marque de Windfield est donc à mon avis un livre sympa à lire, surtout lorsqu’on aime les romans historiques avec une pincée d’action, mais il lui manquait un petit quelque chose pour que je sois vraiment transportée.
Si je devais donner une note: 7/10
Advertisements

2 réponses à “Grignotage n°23: La marque de Windfield, Ken Follett

  1. C'est vrai que si j'ai beaucoup aimé ce livre, je ne le relirai pas, et je n'en garde pas beaucoup de souvenir 🙂

  2. Ca m'arrive assez rarement, et ça m'attriste un peu quand c'est le cas, parce que je ne sais pas trop comment expliquer pourquoi un bon livre, agréable à lire, ne me marque pas plus que ça après coup^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s