Grignotage n°9: La Belgariade, T1, Le Pion Blanc des Présages, D. Eddings

Un livre de 300 pages dévoré en deux jours, au détriment de mes révisions, c’est presque un  événement! Et pourtant le début de lecture a été difficile, parce que je trouvais que l’intrigue avait du mal à démarrer.
Le pion blanc des présages raconte comment Garion, un adolescent pour qui le monde se limite à la ferme de Faldor et surtout à la cuisine de sa tante Pol se retrouve embarqué dans un périple mené par Sire Loup, en compagnie de Silk l’acrobate, Barak le guerrier, et Durnik, forgeron qui s’est porté volontaire pour les suivre dans leur aventure, à la poursuite d’un voleur qui aurait dérobé un objet mystérieux, apparemment d’une grande importance. Au fil du récit, Garion découvre le monde qui l’entoure et, en entendant les discussions et les légendes racontées par ses compagnons, commence à avoir une idée de l’objet qu’ils poursuivent en réalité, sans pour autant se douter du rôle qu’il aura à jouer dans cette aventure.
Même si au contraire de Garion, le lecteur se doute de la trame générale du récit, celui-ci parvient tout de même à capter l’attention, et d’abord sceptique, m’attendant à une histoire de structure classique je me suis retrouvée entraînée dans le monde d’Eddings, par une plume qui mêle l’ironie des personnages, mais aussi de l’auteur, avec un vocabulaire tout en contrastes, parfois même très recherché, au plus proche de ce que ressent Garion, ou des attitudes de ses compagnons. J’ai eu un gros (énorme) coup de cœur pour le sieur Silk et pour tante Pol… mais surtout pour Silk, pour ses réparties et son éternelle désinvolture. J’ai parfois trouvé Garion un peu benêt ou soupe au lait, mais rétrospectivement, ça correspond bien à la volonté de l’auteur de nous montrer qu’il s’agit d’un adolescent légèrement en crise, et surtout vexé du fait que les adultes le traitent encore comme un gamin.
Passées les 70 premières pages qui plantent le décor, je ne me suis pas ennuyée une seconde, et l’attente avant de me procurer le deuxième tome (que je vais essayer d’avoir en anglais) va être difficile. Tout en reprenant des éléments classiques du roman de fantasy (éducation du jeune héros élu malgré lui pour une noble quête, race sombre vénérant un Dieu ténébreux…), Eddings leur adjoint des nouveautés (j’ai beaucoup aimé l’idée de la langue secrète), un véritable talent pour peindre des personnages vivants et hauts en couleurs, le tout dans un style très agréable à lire! Un coup de cœur!
Si je devais donner une note: 10/10
Vous avez écrit une critique sur le même livre? Laissez le lien en commentaire!
Publicités

4 réponses à “Grignotage n°9: La Belgariade, T1, Le Pion Blanc des Présages, D. Eddings

  1. Contente qu'il t'ai plu, j'avais beaucoup aimé! (j'adore Silk!)

  2. Oh oui il m'a plu, j'ai déja craqué et commandé les deux suivants^^

  3. La saga de la Belgariade a été un coup de coeur pour moi également. Les personnages sont génialement trouvés et Silk se trouve en haut du pannel. Je crois qu'il reste un des personnages de littérature qui m'a le plus marqué ! ^^

  4. De même, Silk m'a beaucoup marquée, et entre dans le top 3 de mes personnages préférés de fantasy, avec Le Fou de l'Assassin Royal de Robin Hobb , Vranken de Xaintrailles, des Maîtres des Brisants, d'Erik l'Homme, Armand des Chroniques des Vampires d'Anne Rice, et Iorek Byrnisson dans A la Croisée des Monde, de Pullman. Bon, il y en a d'autres (j'adore Ellana, le personnage de Bottero, par exemple), mais il me fallait un top 5 :p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s